jeudi02février
Rendement assurance vie

Étant donné la faiblesse de l’inflation, la rémunération moyenne arrive à préserver sa positivité, en dépit du recul de 0,4 point enregistré en 2016.

Selon les analyses du consultant spécialisé en assurance-vie, l’année 2016 aurait dû voir le rendement moyen de ce secteur descendre en dessous des 2% nets de frais de gestion. Ce qui semble se vérifier, car avec un taux d’inflation de 0,2% sur toute l’année, ce rendement moyen tournerait aux alentours de 1,5%.

Avec l’estimation de Cyrille Chartier-Kastler, les rendements de la rubrique devraient afficher un taux inférieur à 1,7%, une fois que les prélèvements sociaux, qui atteignent les15,5%, auront été effectués.

Tous les acteurs n’ont pas encore publié leurs performances pour l’année 2016, mais de toute façon, il est connu que chaque année, les plus gros assureurs sont toujours les derniers à afficher leur taux.

Vers la moitié du mois de janvier 2017, les chiffres reçus concernaient les rendements d’une vingtaine de compagnies, et pour la plupart, ce sont celles qui détiennent les meilleurs taux qui dévoilent leurs résultats. Dans un cadre général, l’on enregistre une baisse des rendements, se situant autour de 0,4 point, peut-être même plus.

L’excuse des assureurs

Pour les assureurs, la décroissance des taux est la principale raison de la faiblesse des rémunérations. Ce sont surtout les nouvelles souscriptions qui sont les plus touchées par ce cas. En effet, les personnes qui ont effectué leur souscription avant le phénomène de la baisse des taux bénéficient encore de meilleures offres.

Les anciennes souscriptions jouissent encore du régime de l’ancien temps, et profitent d’un taux plus intéressant. Toutefois, les compagnies d’assurance se sont conformées aux recommandations des autorités de tutelle, et optent pour la constitution d’une réserve.

C’est le cas pour l’établissement assureur Afer, qui en 2016, a mis de côté une partie de ses plus-values, chiffré à 0,25% de son rendement pour l’année. Ainsi, si l’assureur a offert 3,05% de rendement en 2015, la productivité de l’année dernière n’en a chiffré que 2,65%.

Une baisse générale

Les associations des épargnants ont été les plus productives pour l’année 2016. Leurs rendements vont d’un peu plus de 2% à plus de 5% pour certains contrats, quoiqu’une baisse ait été constatée au niveau de l’ensemble des acteurs. Dans la foulée, Macif enregistre le plus important recul d’entre tous avec un taux de 0,60% en une année.

En matière d’assurance vie, le rendement le plus élevé est enregistré par Gaipare. En effet, malgré un recul de 0,25 point comparé à la réalisation de 2015, l’association réussit à atteindre un taux de 2,90% de productivité en 2016. Le président de l’association, Jean Berthon, de s’exprimer :

«Nous avons été raisonnables dans la baisse pour défendre les intérêts des épargnants».

Jean Berthon

Le recul le plus important dans le secteur aura été noté chez l’assureur Massif, qui bascule d’un taux de 2,40% en 2015 à 1,80% en 2016. Certains établissements, tels que Sogécap de la Société Générale n’affichent que la rémunération moyenne, dont le calcul sera basé sur l’ensemble des contrats. Pour ce dernier, le taux de cette rubrique s’élève à 1,73% en 2016. Soit une baisse de 0,33% comparée aux taux de 2015, qui a enregistré 2,06% de productivité.

 

A découvrir également

  • 2021 marque le regain de forme de l’assurance-vie
    19/01/2022
  • Fonds en euros : nos solutions pour éviter de perdre de l’argent
    12/01/2022
  • Les fonds « Clean share » font leur trou sur le marché des UC
    30/12/2021
  • Les contrats multisupports prêts à se responsabiliser en 2022
    16/12/2021

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt