mardi05septembre
pourcentage en baisse

Selon les estimations du journal Le Revenu, les rémunérations de l’assurance-vie en euros seront probablement à 1,5 % pour 2017. Le bénéfice récolté de cette forme d’assurance garde sa tendance baissière avec un recul de 0,3 à 0,4 point pour cette année. D’ailleurs, ceci n’est pas un phénomène récent. Le magazine a sorti dernièrement un pronostic. Explications.

Pour cette année, le rendement du support en euros des contrats d’assurance-vie sera certainement en recul, étant donné la régression continuelle depuis quelques années, selon les estimations du Revenu. En 2015, ce portefeuille a enregistré une performance moyenne de 2,3 %, puis à 1,8 % l’année dernière, jusqu’à en arriver à 1,5 %, apparemment pour cette année.

C’est la raison pour laquelle, le leader de la presse patrimoniale affirme une diminution de 0,3 à 0,4 % avant les prélèvements sociaux. Notons toutefois que ces derniers se retrouvent actuellement au niveau de 15,5 %, mais avec le cadre de la réforme fiscale Macron, on estime une hausse probable de 1,7 point à 17,2 %.

Selon Le Revenu, les meilleurs contrats devraient générer en moyenne un rendement de 2,1 %.

Le taux bas

Depuis quelques années, on constate une diminution persistante des taux d’intérêt. De plus, la performance de l’assurance-vie est remise en question par le niveau des Obligations assimilables du trésor.

L’OAT de 10 ans de l’État français est à moins de 1 %. Théoriquement, les obligations tirent avantages de ces taux bas, puisque leurs prix augmentent en sens inverse. Pour les compagnies d’assurances, ces titres sont réservés au remboursement de leur nominal à terme.

Toutefois, en cas de cession, le gain réalisé par les assureurs ne peut soutenir le rendement servi. Or, cette plus-value approvisionne la réserve de capitalisation qui compense les déficits semblables au défaut d’un émetteur, à la tension des taux d’intérêt, etc.

Les PPB privilégiées

Rappelons que dans ses « analyses et synthèses », l’ACPR ou Autorité de contrôle prudentiel et de résolution confirme que :

les organismes d’assurance vie tirent l’essentiel de leurs revenus financiers de l’investissement des primes reçues de leurs assurés en obligations à taux fixe. Dans un environnement de taux durablement bas, les conditions d’exercice de leur activité sont sensiblement modifiées. Dans cette perspective, l’ACPR a suivi attentivement les développements du marché et conduit de nombreux travaux qui alimentent la présente analyse de la situation de l’assurance vie en France dans un environnement de taux bas.

ACPR.

De son côté, le régulateur encourage les compagnies d’assurances à réaliser de grandes réserves de rendement, constituées par les PPB ou provisions pour participation aux bénéfices. Dans un délai de 8 ans, cette rémunération différée sera à reverser. Au terme de l’année précédente, elle se trouvait en moyenne aux environs de 3 % de l’encours des fonds en euros. Les assureurs en remarquent toutefois de grandes différences.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos