lundi27mai
Contrat vie euros indispensable

Le rendement moyen des assurances-vie en euros n’a eu de cesse de s’effriter ces dernières années jusqu’à ne plus s’élever qu’à même hauteur du taux d’inflation. En dépit de cela, ces supports demeurent quand même très présents au sein du placement. De fait, ils offrent à leurs détenteurs une garantie du capital, un atout décisif pour bon nombre d’épargnants français.

Il n’est plus à redire que les Français sont plus fourmis que cigales. Mais leur appétence pour l’épargne est, pour la majorité des épargnants, plus tournée vers la précaution que vers la fructification des fonds.

Sauf que les dernières années n’ont pas été tendres pour les placements sécurisés qui ont vu leurs rendements s’amenuiser jusqu’à devenir même négatifs, une fois les taxations et l’inflation déduites. Et force est de constater que la situation n’est pas près de se rétablir aujourd’hui.

Le support garanti de l’assurance-vie ne fait pas figure d’exception quoiqu’avec sa rémunération moyenne de 1,8% aux dernières nouvelles, il se positionne quand même au-dessus de ses congénères. D’autant plus qu’il reste le pilier des contrats, même les multisupports, pour tous détenteurs d’assurance-vie et qu’il existe plusieurs options pour le redynamiser.

Un rendement en baisse, mais qui reste plus rémunérateur que d’autres

Les fonds euros en assurance-vie ont toujours été réputés pour la possibilité qu’ils offrent aux investisseurs de concilier sécurité et rentabilité. À titre d’indication, leur rémunération moyenne s’élevait à hauteur de 2,27% il y a quatre ans.

Mais l’instauration des taux d’intérêt bas pour aider l’économie à remonter la pente a quelque peu freiné la performance de ce produit, à l’instar de tous les placements sécurisés tels que le livret A, le LDDS (livret de développement durable et solidaire) et le PEL (plan d’épargne logement).

Les rendements des contrats euros se sont, de ce fait, amoindris pour une moyenne de 1,8% en 2018, d’après les chiffres communiqués par la FFA (Fédération française de l’assurance). Dans la même foulée, l’inflation a aussi connu une remontée pour s’établir à un niveau similaire sur un an si bien que sa prise en compte rend nulle la rentabilité de ce support garanti.

En dépit de cela, ce dernier garde quand même une meilleure place par rapport aux autres, ne serait-ce que de considérer son taux moyen. En effet, certains contrats sont largement plus performants, notamment la Garance Épargne de Garance qui rapporte 3,1% d’intérêt.

En comparaison, le livret d’épargne le plus populaire en France ne génère plus que 0,75% de profit depuis que le gouvernement a décidé de fixer sa rémunération jusqu’en 2020. Celui du plan dédié au logement, quant à lui, se trouve à 0,25 point de plus (1%).

Une enveloppe pour le moins indispensable

La sécurité prime la rentabilité pour la plupart des épargnants français. Et il faut dire que les fonds en euros le rendent fidèlement. C’est la raison pour laquelle sa présence est indispensable dans chaque contrat vie, et ce, en dépit de son faible rendement. Un fait que le fondateur du site précurseur GVfM (Good Value for Money), Cyrille Chartier-Kastler, ne manque pas de confirmer :

« Le fonds en euros n'est pas mort ! Il s'agit même de l'atout principal de l'assurance-vie ».

Cyrille Chartier-Kastler

À Marc Raymond, directeur du développement de la Carac, d’ajouter :

« Tout contrat multisupport s'appuie sur un ou des fonds en euros ».

Marc Raymond

La sécurité des fonds qui y sont placés vient du fait qu’ils sont investis en majorité (80%) dans des obligations d’État et ne laissent que 20% pour les investissements plus risqués (actions et actifs immobiliers). Quoiqu’une diversification est toujours de mise pour les épargnants en quête de meilleure performance à long terme. Car il faut admettre que les supports à risque sont censés rapporter davantage.

Et il existe d’autres moyens pour contourner les unités de compte pour les profils moins aventureux, comme :

  • Les fonds en euros immobiliers, dont la proportion investie dans la pierre est prédominante ;
  • Les fonds dynamiques, dont le ratio placé dans les actions est plus volumineux ;
  • Les fonds opportunistes qui offrent à l’épargnant plus de liberté dans le choix des classes d’actifs disponibles sur le marché.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos