jeudi30juillet
Vieil homme mettant la pièce dans la grande tirelire.

Selon les dernières données fournies par les acteurs du secteur, le Livret A et le LDDS ont réussi à collecter plus de 5 milliards d’euros nets en mai dernier. Les épargnants français sont donc restés très actifs, malgré la crise sanitaire. L’assurance-vie, en revanche, a enregistré une collecte négative sur la même période.

Le rendement assurance vie varie généralement en fonction du gestionnaire considéré et du produit choisi, contrairement aux rémunérations des livrets d’épargne (Livret A, LDDS…). Ce type de placement affiche en effet des taux fixes, indépendamment du distributeur. Les gains potentiels sont souvent assez faibles avec ces supports. D’ailleurs, leurs performances n’ont cessé de baisser ces dernières années.

Quoi qu’il en soit, les épargnants français les ont privilégiés aux contrats d’assurance-vie en cette période de crise sanitaire. La différence a été particulièrement marquée en mai dernier sur les fonds euros. Ces résultats confirment ainsi le désintérêt pour ces produits depuis le début du confinement.

Une conséquence directe de la crise sanitaire

Depuis le confinement, le fonds euros enregistre la contre-performance la plus importante sur le marché de l’assurance-vie. Ce phénomène est essentiellement dû aux habitudes des épargnants, selon les spécialistes.

En effet, les détenteurs de ce type de contrat préfèrent généralement verser directement leur argent dans les agences. Ils n’ont donc pas pu procéder comme d’habitude pour les dépôts en pleine pandémie. Dans ce contexte, les souscripteurs d’assurance-vie ont dû se résoudre à adopter une autre méthode de versement ou d’autres supports de placement.

Les chiffres enregistrés pour le mois de mai 2020 suggèrent une certaine prédilection pour la seconde option. Reste à savoir si cette tendance est amenée à durer ou si elle reste conjoncturelle.

Les analystes préfèrent attendre la dernière phase de la stratégie de déconfinement de l’exécutif avant de se prononcer sur cette question. De plus, les comportements des consommateurs sont encore fortement marqués par la crise du Covid-19.

Un écart significatif au niveau de la collecte

La consommation des ménages a fortement baissé pendant le confinement. En effet, durant cette période exceptionnelle, les Français avaient moins l’occasion de dépenser. Les sentiments liés à la pandémie ont par ailleurs provoqué un réflexe d’épargne chez les particuliers.

Depuis le début de la crise sanitaire, le flux d’épargne dans l’Hexagone a décuplé. Les experts ont toutefois été surpris par le désintérêt grandissant pour l’assurance-vie. D’ailleurs, même les détenteurs de ce type de contrat semblent s’en être détournés, au profit des livrets d’épargne.

En mai dernier, les particuliers ont plébiscité le Livret A et le Livret de développement durable et solidaire (LDDS), selon les derniers chiffres de la Caisse des dépôts. En effet, le montant collecté sur ce mois s’est chiffré à 5,14 milliards d’euros pour ces deux supports d’épargne.

Le volume de la collecte a triplé par rapport à l’année dernière, d’après les analystes. Pourtant, le rendement actuel est de 0,5 %. Le fonds euros, pour sa part, a affiché une collecte négative, comme en mars et en avril. Les versements en mai étaient estimés à 5,7 milliards d’euros, contre 7,9 milliards d’euros pour les retraits.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos