mardi02octobre

Les contrats d'assurance dépendance permettent à un assurer de se couvrir contre le risque de dépendance. Comme dans une assurance classique, l'assuré paye des primes qui lui permettront de bénéficier, s'il devient dépendant, d'un capital et/ou d'une rente versé par l'assureur. Le principal inconvénient de ce contrat est que les versements de l'assuré y sont faits à fonds perdus. Si l'assuré ne devient jamais dépendant, les sommes sont perdues.

    Pour offrir une solution, moins frustrante pour l'assuré, certains assureurs ont créé au sein de leur contrat d'assurance vie des options dépendance, qui ont pour but de cumuler les avantages d'un contrat d'assurance dépendance avec ceux de l'assurance vie. En effet, contrairement à la prévoyance, les versements effectués dans un contrat d'assurance avec option de dépendance ne se font pas à fonds perdus. Si la dépendance ne se révèle pas, le capital épargné reste la propriété de l'assuré. L'option souscrite par l'assuré lui permet simplement d'obtenir des avantages (généralement, une rente plus élevée) en cas de dépendance.

    La création de ce type d'options est relativement récente, et il existe peu d'options sur le marché. Il faut dire que les assureurs sont finalement assez mal à l'aise avec les options de dépendances. En effet, le recul historique permettant de calculer les tables de fonctionnement (donc leur marge) est assez complexe. L'évolution des différents types de niveaux de dépendance s'avère très instable et ne permettent pas de projeter les modèles dans le temps. Les clauses de dépendance et de carence se révèlent de ce fait assez difficiles à mettre en place. Les assureurs préfèrent la plupart du temps adresser le seul sujet de la dépendance totale mais ne traite pas efficacement le large champ de la dépendance partielle ni de l'assistance au sein des contrats d'assurance vie.

    Nous pouvons donc considérés que coupler la dépendance avec l'épargne au sein d'un contrat d'assurance vie est un début de traitement mais ne constitue en aucun cas une solution globale au besoin de protection dépendance.

    Néanmoins, on peut s'intéresser à certains contrats qui sortent du lot :

    - Le contrat Actépargne 2 et son option rente dépendance :
    Le contrat de la France mutualiste présente l'avantage de donner automatiquement l'option rente dépendance sans surcout : les frais de gestion sont de 0.69%, ce qui est très raisonnable. Actépargne 2 est un contrat multisupports classique qui offre tous les avantages de l'assurance vie (épargne disponible, fiscalité douce au bout de 8 ans, abattement sur les successions). Ainsi, les versements ne sont pas faits à fonds perdus car sans devenir dépendant, l'assuré peut retirer son capital à tout moment. S'ils dévient dépendant (reconnu comme appartenant aux groupes 1 à 4 de la grille nationale AGGIR), l'assuré peut choisir de convertir son capital en rente certaine. Celle-ci se distingue des autres rentes servies dans le cadre des contrats d'épargne par l'absence de frais de transformation en rente et l'emploi d'un taux d'intérêt technique préférentiel (1,5% pour 2011). Par contre, elle n'est pas viagère. Elle est versée pendant une période déterminée selon un critère d'espérance moyenne de vie. Cliquez ici pour en savoir plus

    - Le contrat Aviséo Autonomie
    Le contrat de MAAF est également un contrat d'assurance vie mais dont l'intérêt principal est l'épargne dépendance. Les garanties en cas de dépendance sont très importantes, mais du coup les frais de gestion sont assez élevés (1.70%). Les frais de versement sont également élevés (4%) et des versements mensuels sont obligatoires jusqu'à 75 ans. Comme le contrat Actépargne 2, le contrat offre tous les avantages de l'assurance vie pendant la phase d'épargne, tant que la dépendance n'est pas avérée. Lorsque celle-ci est avérée (catégorie 1 ou 2 classé par PRIMA), l'assuré perçoit un capital équipement égal à 20% du capital garanti à 75 ans, plus une rente viagère annuelle de 20% de ce capital. Ces versements sont donc très élevés. De plus, en cas de décès après la reconnaissance de l'état de dépendance, les bénéficiaires reçoivent la différence positive entre le capital acquis au jour de l'entrée en dépendance et les prestations déjà versées.Cliquez ici pour en savoir plus

    - Le contrat multeo option dépendance
    La GMF est l'un des premiers assureurs à avoir créer une option dépendance à ses contrats d'assurance vie, en novembre 2006. Cette option, disponible entre autre sur le contrat multisupport multéo, n'est destinée qu'aux assurés qui choisissent de sortir de leur contrat d'assurance vie en rente viagère. Ainsi, tant que l'assuré n'a pas liquidé son contrat, il ne bénéficie d'aucune garantie contre la dépendance. S'il décide de sortir en rente, il peut souscrire à l'option dépendance, lui permettant de doubler le montant de se sa rente dès lors qu'un état de dépendance est avéré et reconnu par l'assureur. En contrepartie, s'il choisit cette option, l'assuré paye plus cher l'aliénation de son capital en rente. Alors que les frais classiques sont de 3%, il paiera 6% de son capital pour obtenir cette rente option dépendance. Cliquez ici pour en savoir plus

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos