jeudi01février

Après une année 2016 décevante, les taux de rendement de l'assurance-vie 2017 était attendus avec une certaine impatience. Avec une moyenne de 1,83 % en ce qui concerne les seuls fonds eu-ros, la baisse de rendement ne représente que 0,2 point. Malgré cette érosion des fonds en euros de-puis une trentaine d'années, l'assurance-vie demeure un placement attractif, comme le prouve le suc-cès rencontré auprès d'un nombre grandissant de souscripteurs.

Les OAT, la colonne vertébrale des fonds en euros

Dans un fonds en euros, les obligations représentent environ 80 % du total. Les actions représentent pour leur part de 5 à 10 % suivant les époques. Les émetteurs des obligations sont des États ainsi que des sociétés privées.
En France, ces emprunts d'État sont nommés Obligations assimilables au Trésor (OAT). En toute logique, les fonds en euros contiennent une bonne partie d'OAT d'origine.
Comme pour tout emprunt, les investisseurs en OAT sont rémunérés au travers d'un taux d'intérêt variable.
Cette variabilité dépend de divers critères, dont le taux d'inflation. Par conséquent, plus l'inflation est forte et plus le taux de rémunération des OAT est élevé. À l'inverse, une baisse de l'inflation entraîne celle du taux des OAT.
La référence des OAT en France est celle de ces titres émis à 10 ans. Après un pic à 17 % en 1982, le taux d'intérêt des OAT à 10 ans n'a pas cessé de chuter pour atteindre moins de 2 % en 2011, suivant ainsi la courbe de l'inflation.
Rien de surprenant dès lors que les placements sur des fonds en euros, dont l'assurance-vie, soient sensiblement moins bien rémunérés que par le passé. Cette baisse de la rémunération des emprunts d'État n'est pas spécifique à la France, cette situation étant commune à la plupart des pays développés.
Pour les États, cette baisse du coût de l'agent est bénéfique puisque limite ainsi la dette publique. Ce bénéfice s'applique également aux emprunteurs avec des taux de prêts et de crédits en baisse.
Les relatifs perdants sont évidemment les épargnants puisque leurs placements sont moins bien rémunérés. Dans le cas de l'assurance-vie, les gains générés demeurent attractifs en restant supérieurs au taux d'inflation, ce même s'ils sont passés en moyenne de 3,64 % en 2009 à 1,83 % en 2017. Il en est tout autrement pour les détenteurs de livrets rémunérés à 0,75 ou 1 %.

Des taux de rémunérations variables suivant les assureurs

Les gains générés par les contrats d'assurance-vie affichent des variations sensibles suivant les organismes. Les acteurs sont en effet nombreux sur le marché de l'assurance-vie et se livrent une féroce concurrence. Les plus de 200 contrats se répartissent ainsi très inégalement en plusieurs catégories :

Banques
Mutuelles
Assureurs traditionnels
Associations d'épargnants
Bancassureurs (qui regroupent + de 60 % des contrats)

Avec autant de contrats et d'assureurs, il est dès lors logique que les taux de rémunération varient, ce d'autant plus que le montant des frais est également variable.
C'est ainsi qu'en 2017, le fonds en euros Suravenir Opportunités de Suravenir affiche un rendement de 2,80 % alors que celui Antarius Selection du Crédit du Nord plafonne 1,25 %. Entre ces deux extrêmes se situe la majorité des contrats dont les gains sont compris entre 1,60 et 2 %.
Ces tendances annuelles doivent toutefois être prises avec un certain recul du fait de la nature même de l'assurance-vie. Il s'agit en effet avant tout d'un placement à long terme. Il est donc difficile de porter une appréciation de la qualité d'un contrat d'assurance-vie sur seulement 1 an.
En considérant les performances de quelques contrats sur une durée de 20 ans, on observe un ren-dement de plus de 140 %, un record pour un placement dont le capital est garanti.

2018, l'année de la Flat Tax et de l'IFI

L'année 2018 verra l'entrée en application de deux nouveaux dispositifs fiscaux : le prélèvement forfaitaire unique (Flat Tax) et l'impôt sur la fortune immobilière (IFI).
Que les épargnants en assurance-vie se rassurent, ces nouveaux modes de calcul ne devraient pas amputer les plus-values de vos contrats, et peuvent même devenir plus avantageux que les anciens. Seul point négatif, les prélèvements sociaux qui passent de 15,5 à 17,2 %.

Le prélèvement forfaitaire unique (PFU)

Comme par le passé, le PFU ne s'applique que sur les plus-values lors d'un rachat total ou partiel, du décès du souscripteur ou du dénouement du contrat. La partie du capital reste toujours exemptée de toute taxation. Le prélèvement forfaitaire unique ne concerne que les versements effectués après le 27 septembre 2017. Pour les versements effectués avant cette date, le prélèvement forfaitaire libéra-toire (FPL) ou l'imposition au barème progressif de l'IR reste la règle.
Pour les plus-values d'un contrat détenu durant 8 et +, le taux de PFU est de 7,50 % + 17,2 % de prélèvements sociaux. Ce taux de 7,50 % n'est toutefois appliqué que dans la limite de 150 000 € des primes versées (300 000 € pour un couple). La partie supérieure aux 150 000 € est taxée au taux de 12,80 %.
Ce taux de 12,80 % est également celui qui s'applique aux gains relatifs aux contrats de moins de 8 ans. Le PFU se révèle avantageux puisque par le passé la taxation était de 35 % (– de 4 ans) ou 15 % (entre 4 et 8 ans).

Impôt sur la fortune immobilière (IFI)

Pour les contribuables redevables de l'ISF, la totalité des encours détenus dans un contrat d'assurance-vie était intégré dans le calcul de l'assiette. Avec l'IFI, ces encours sont dorénavant exclus en dehors de ceux placés sur certains supports immobiliers :

• Parts de supports financiers investis dans des biens ou droits immobiliers
• Parts de sociétés civiles de placement immobilier (SCPI)
• Parts d'organismes de placement collectif immobilier (OPCI)

Ces parts peuvent toutefois bénéficier d'une exonération lorsque l'assuré en détient moins de 10 % et si ce fonds détient lui-même moins de 20 % des biens ou droits immobiliers.

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos