mardi06août

Malgré un contexte particulièrement adverse pour Bonduelle, le leader de la conserve est parvenu à dégager un chiffre d'affaires annuel de 1,896 milliards d'euros, marqué par une croissance organique de + 1,9 % mais en décélération par rapport aux + 3,2 % de croissance enregistrée l'exercice précédent.

    La croissance du groupe résiste bien, mais c'est avant tout grâce à son internationalisation car la morosité du climat économique, particulièrement violente en Europe du Sud continue de peser sur les ventes. Le chiffre d'affaires de la zone Europe s'inscrit ainsi en retrait de - 0,8 % en données comparables (- 1,4 % en données publiées) contre une hausse de + 1,3 % l'exercice précédent.


    Le groupe a tiré son épingle du jeu grâce au dynamisme de la zone hors Europe, qui se révèle satisfaisante malgré " la dégradation particulièrement marquée de l'environnement de consommation en Europe depuis le 3ème trimestre " qui a d'ailleurs été confirmée au 4ème trimestre de l'exercice.

    La zone hors Europe confirme ainsi son dynamisme avec une croissance en données comparables à + 8,6 % contre + 8,9 % l'exercice précédent. " Les très fortes croissances enregistrées en Russie et dans les pays de la CEI, grâce à une approche commerciale et logistique renouvelée et l'introduction d'innovations à forte valeur ajoutée (gamme "Fusion"), et au Brésil, dont les capacités de production sont saturées après moins de 3 ans de présence locale, s'accompagnent dans l'ensemble de ces pays de gains de parts de marché " précise le groupe dans son communiqué.

    " L'évolution du périmètre d'activité (principalement l'acquisition de l'activité conserve de Cecab en Russie et de l'activité surgelé d'Allens aux Etats-Unis) a positivement impacté le chiffre d'affaires de + 4,5 %, l'évolution des taux de change apportant un supplément de croissance de 0,9 % " ajoute le groupe.
    En conséquence, le 4ème trimestre affiche une croissance de + 3,3 % en données comparables grâce à la forte croissance hors Europe (+ 11, %) et à un effet de base favorable en Europe (+ 0,3 %)


    Malgré une détérioration sévère du climat de consommation en Europe depuis le début 2013 et des aléas climatiques, le groupe devrait approcher la fourchette basse de ses objectifs de résultat opérationnel courant 2012/2013 (106-108 millions d'euros).

    " Ces facteurs particulièrement adverses, additionnés aux inflations des matières premières et à la nécessaire modération des augmentations tarifaires destinée à préserver les volumes commercialisés, impacteront la rentabilité de l'année 2013/2014 " a d'ores et déjà prévenu le groupe.
    Le marché sanctionne les perspectives moroses, avec un repli du titre de 4,5%, à 18,82 euros.

    A découvrir également

    • Alignement des planètes ?
      4/09/2019
    • Haut ou bas ?
      27/08/2019
    • Du plomb dans l'aile...
      22/08/2019
    • Le nerf de la guerre...
      13/08/2019

    Archives

    Etre rappelé par un conseiller
    Nous envoyer un message
    Parlons Placement
    Nos placements
    PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
    Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
    SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
    DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt