vendredi20mai

Une nouvelle expression est de plus en plus utilisée aux États-Unis. Et c'est un tournant significatif. La gig economy. Vous savez ce que c'est ? Un gig c'est un concert, la gig economy c'est l'économie des petits boulots, un peu comme ces musiciens qui courent après les cachets, sans aucun emploi fixe.Que de nouveautés pour l'économie !

>

Gig economy: une utopie ou une arnaque?

C'est le nom que donnent de plus en plus d'économistes mais aussi de politiques à cette économie que beaucoup continuent à vendre comme une économie idyllique ou utopiste. Cette nouvelle économie dite collaborative où chacun serait, selon la fiction présentée, libre de travailler où il veut et quand il veut. Aux États-Unis d'ici 2020, 40% des travailleurs américains seront des travailleurs dits indépendants, en fait des travailleurs à petits jobs sans aucune stabilité.

Pour être tenu au courant de nos conseils boursiers : >> Je découvre l'abonnement MFprivé

Attaques sur uber

Hier le terme a été prononcé par une politique importante. C'est Elisabeth Warren, démocrate très proche d'Hillary Clinton, qui s'est attaquée aux Uber et autres VTC américains en les accusant d'entretenir la gig economy. Avec une déclaration qu'un Mélenchon, s'il comprenait quelque chose à la nouvelle économie, aurait pu faire : elle y dénonce l'arnaque de la flexibilité, de l'indépendance ou encore de la créativité pour un maquillage pur et simple d'un moyen d'éviter d'offrir à des employés de fait le statut d'employé. Cette déclaration est le signe qu'aux États-Unis, le vent tourne sur la nouvelle économie.

Un thème de campagne

Il faut rappeler quand même qu'on est en campagne. Une campagne où les inégalités et les droits des travailleurs tiennent de plus en plus de place. Le socialiste Bernie Sanders en tête. Un Bernie Sanders qui a annoncé hier que non seulement il ne lâcherait pas la course aux primaires mais qu'au contraire il allait concentrer tous ses efforts sur la Californie pour déstabiliser Hillary Clinton. Mais derrière ces déclarations de campagne, il y a quand même un vrai sujet : on survend cette économie de demain qui serait une économie de rêve digne de la génération baba cool, une économie collaborative, une économie de partage. Pas sûr que le partage soit réel et si équitable.

Le débat de la semaine

va devenir le débat du mois. C'est le débat sur le salaire des grands patrons. Hier Macron a déclaré qu'il ne fallait pas légiférer sur le sujet, signe qu'il ne veut pas s'aliéner le soutien de certains grands patrons qui lui ont promis de l'aider pour sa campagne. Et le patronat a embrayé en se disant qu'il valait mieux prévenir que guérir: il a proposé lui-même de changer les règles en imposant aux entreprises de tenir compte du vote des actionnaires sur le sujet.

Snif

Technip se marie avec FMC Technologies. Un groupe du Texas. Le siège du nouveau groupe sera à Londres. Encore un groupe majeur qui nous quitte. On ne comprend vraiment pas pourquoi tout le monde se barre alors que la fiscalité et l'administration sont si favorables aux entreprises en France...Quel manque de reconnaissance.

Couic

L'OPA de Vivendi sur Gameloft doit se terminer le 27 mai. Elle avait déjà toutes les chances de réussir mais Vivendi a porté le coup de grâce hier en relevant son prix d'offre de plus de 10% à 8 euros. Reste à savoir si Bolloré va se lancer directement après sur une OPA d'Ubisoft ou s'il va serrer progressivement le garrot avant de l'avaler.

Du côté des marchés

On a cru en milieu d'après-midi hier que la Bourse américaine allait flancher, après la quasi-confirmation d'une hausse des taux aux États-Unis, mais elle a réussi à rebondir comme les indices boursiers asiatiques ce matin. Le dollar est toujours à la hausse. Le pétrole continue à progresser. Rien À Signaler, vous pouvez vous recoucher.

On s'en fout

La Deutsche Bank une fois de plus examine une possible arnaque de ses traders, le paquet neutre de cigarettes avec des photos à vomir débarque en France, Federer forfait à Roland Garros, Les États-Unis sauvent Porto Rico, Fillon pense qu'il va gagner la primaire, le Chanel de l'avenue Montaigne a été braqué pour la deuxième fois en 3 semaines.

La bonne nouvelle du jour

Le groupe Europe Écologie Les Verts est mort. Il n'existe plus à l'Assemblée Nationale. Une partie des membres a rejoint le groupe PS. Parfait.

Le drame du jour

Nabilla a été condamnée à 2 ans de prison dont 18 mois avec sursis.

C'est votre argent exceptionnel !!

Ne ratez pas ce soir sur BFM Business votre émission favorite. Un plateau de killers avec Christopher Dembik de Saxobanque, Emeric Préaubert de Sycomore, Alain Pitous de Talence et Pauline Tattevin. Le patron de la semaine est le patron des petits patrons, François Asselin, patron de la CGPME. Horaires: Ce soir 19h00, 8h00 le samedi, 7h00 le dimanche.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Nos conseillers en gestion de patrimoine vous accompagne dans vos projets patrimoniaux et immobiliers. Contactez les gratuitement par téléphone, email ou bien directement dans l'une de nos agences.

>> Je souhaite être recontacté par un conseiller MonFinancier

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos