DISPOSITIF COVID-19 En savoir plus

Dans le contexte actuel, nos équipes restent mobilisées et opérationnelles à distance. Les agences sont fermées.
1. Contactez-nous de préférence par email, et sinon au 0800 113 133 (Service & appel gratuits).
2. Limitez au maximum les échanges par courrier et privilégiez vos opérations (arbitrages, versements, rachats partiels) via votre accès Client en ligne.

lundi27février

Depuis l'élection de Trump, rien ne se passe sur les marchés comme on pouvait s'y attendre ou, plutôt, comme on pouvait le craindre. Les marchés américains enchaînent les records historiques mais les marchés émergents sont une des grandes surprises de l'année. Les marchés émergents continuent à attirer les investisseurs.

>

Ruée sur les marchés émergents

Avec Trump à la Maison Blanche, les investisseurs avaient au moins une conviction : les pays émergents seraient sous pression. Entre les droits de douane, la remise en cause des accords commerciaux sans compter les tensions politiques, ce serait une passe difficile. Si vous ajoutez à cela la hausse des taux par la Banque Centrale Américaine et donc la hausse du dollar qu'elle entraînerait, vous aviez le cocktail parfait pour une baisse, voire une panique sur les marchés émergents. Une fois de plus, le marché a été pris à contrepied. L'indice des marchés émergents est en hausse de plus de 10 % depuis le début de l'année. C'est une des classes d'actifs qui, avec les actions américaines, profite le plus de l'élection de Trump, un véritable paradoxe.

Trump aboie mais ne mord pas

Qui s'explique comment ?Le véritable retournement vient de la perception générale aujourd'hui que Trump ne déclenchera pas de guerre commerciale. Aucun décret n'a été signé par lui sur ce sujet et il a changé de ton avec la Chine et le Japon. D'autre part, même s'il se lançait dans un affrontement, les investisseurs pensent qu'il serait bloqué au Congrès. Et enfin, sa politique de relance, baisse d'impôts et relance par les infrastructures, pourrait au contraire booster les importations venant des pays émergents exportateurs.

Le rebond des matières premières

La stabilisation du pétrole et des matières premières est aussi un facteur de soutien.C'est l'autre raison principale du sentiment positif pour les marchés émergents. La croissance économique dans les pays émergents s'est nettement améliorée du fait du rebond spectaculaire du pétrole en un an, on parle tout de même d'un cours qui a presque doublé. Et si l'argent coule à nouveau à flots dans les fonds de pays émergents, c'est également lié au fait qu'ils restent relativement bon marché après des années de baisse et que les investisseurs en ont finalement très peu dans leurs portefeuilles. Décidément, rien ne se passe comme on pouvait le craindre après l'arrivée de Trump au pouvoir.

La bonne nouvelle du jour

Hamon et Mélenchon se sont rencontrés vendredi et Mélenchon a, selon Hamon, confirmé qu'il serait candidat à l'élection présidentielle. Sauf surprise de dernière minute, un des scénarios qui m'empêchaient de dormir, l'alliance Hamon Mélenchon et leur présence au second tour, semble être écarté sauf surprise de dernière minute et dans ces élections les surprises ne sont pas rares. Je ne sais pas si c'est ce qui provoque d'ailleurs l'accélération de la détente sur les taux Français qui ont baissé à 0.91 % à 10 ans. Les investisseurs et les marchés jouent Macron gagnant.

Encore en couv' du financial times

Une fois de plus, Marine Le Pen fait la une du Financial Times. Avec une grande photo. Cette fois, ce n'est pas pour nous annoncer sa victoire mais pour la sacrer championne des réseaux sociaux dans la campagne. Le FT compare sa campagne et son utilisation de Facebook ou de Twitter avec celles de Donald Trump. Or, Trump a été élu. CQFD.

Trump et les banques

Trump devait punir les banques qu'il désignait dans ses meetings comme les responsables de la crise et du malheur de la classe moyenne américaine.Il les a mises au pouvoir.Autre paradoxe, le secteur bancaire est un des secteurs qui a le plus délocalisé: les grandes banques Américaines emploient 120,000 personnes dans des jobs low cost en Asie. 12 % de leurs employés. En forte hausse chaque année. Et Trump ne dit rien. Il a trop besoin des banques.

La révolution chinoise

La Chine n'est plus un pays low cost. La Chine a réussi sa révolution.En 10 ans, le salaire horaire Chinois a triplé. Il atteint aujourd'hui les 3.60 dollars, c'est plus que tous les pays d'Amérique Latine (à l'exception du Chili), beaucoup plus qu'en Inde (0.70 dollars) et de plus en plus proche des salaires horaires les plus bas d'Europe: au Portugal par exemple, le salaire horaire a chuté en 10 ans de 6.30 dollars à 4.50 dollars. C'est un sacré changement dans notre vision de l'économie mondiale, non ?

Nein!

Le ministre délégué allemand aux Finances, Jens Spahn, a confirmé, avec force, la position allemande sur la Grèce: nous n'accepterons aucune annulation partielle de la dette grecque. Une position ferme qui s'explique aussi pour l'approche des élections et la position délicate d'Angela Merkel.

Once a year

Comme chaque année, c'est la tradition, on attend la lettre de Warren Buffett aux actionnaires de sa société d'investissement de 122 milliards de dollars. Sa lettre est un hommage vibrant à l'économie américaine et à son "ouverture". Un changement majeur à signaler: il explique que certaines valeurs de son portefeuille pourraient être revendues en cas d'opportunité, lui qui a toujours prôné le "buy and hold forever", le signe d'un passage de témoins à ses deux gérants vedettes ? Il faut prendre le temps de lire cette lettre. Elle est toujours riche en enseignements.

C'est votre argent exceptionnel en replay

L'émission était exceptionnelle, je vous conseille de la voir en replay. On a rejoué la semaine avec Emmanuel Lechypre, Christopher Dembik de Saxo, Benaouda Abdeddaim, Jean Pierre Gaillard, Alain Pitous de Talence Gestion et Aicha Hmissi. De l'éco, de la finance, et du fun, beaucoup de fun. Revoir en replay

On s'en fout ?

Sans surprise les Oscars ont été la tribune pour des messages anti Trump, la révolution s'organise dans les palaces de Berverly Hills, et ont répondu aux critiques sur ses palmarès trop blancs : Meilleur Film Moonlight (Warren Beatty s'est planté et avait annoncé Lalaland gagnant), meilleur second rôle féminin pour Viola Davis et meilleur second rôle masculin pour Mahershala Ali, pas de hold up pour Lalaland avec "seulement" 6 oscars dont meilleure actrice pour Emma Stone et rien pour Isabelle Huppert; le PSG a humilié l'OM 5-1; Cohn Bendit soutient Macron; Les Troadec ont disparu et on recherche la voiture de Sébastien; depuis mercredi les médecins peuvent vous prescrire une activité physique, on va enfin pouvoir se faire rembourser par la Sécu l'inscription au Racing; on est sauvés le nouveau Marc Lévy arrive en avril; ce soir derniers épisodes de la série Ennemi Public sur TF1, pas mal; Macron commence les cadeaux avec la taxe d'habitation supprimée pour 80% des ménages.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos