jeudi01février

Le taux du Livret A en 2017

Parmi les produits d'épargne les plus populaires, le Livret A continue d'être plébiscité par les épargnants à la recherche de solutions sécurisées et garanties. Pourtant, le compte d'épargne rémunéré n'a jamais bénéficié d'un taux aussi bas depuis sa création – puisqu'il se maintient depuis le 1er août 2015 à 0,75 % et devrait être maintenu à ce taux jusqu'au 31 janvier 2020. Une situation qui n'arrête toutefois par les Français, qui épargnent depuis le début de l'année 2017 à hauteur de 10 milliards d'euros sur le Livret A, ainsi que sur le Livret de développement durable et solidaire (LDDS). Revenons un peu en arrière et demandons-nous quelle était la situation du Livret A en 2017, notamment en termes de rendement.

Un historique du Livret A

Le Livret A est un compte d'épargne réglementé, proposé par la plupart des établissements bancaires – cela signifie que certaines de ses caractéristiques font l'objet de contraintes imposées par l'État. Les versements font par exemple l'objet d'un plafond réglementaire fixé à 22 950 euros depuis le 1er janvier 2013 (plus d'informations à ce sujet via le décret n° 2012-1445 du 24 décembre 2012). Quant au taux de rémunération du Livret A, il est lui aussi fixé à 0,75 % - son plus bas niveau historique depuis le 1er août 2015.
Signalons au passage les fonds déposés sur un Livret A sont disponibles à tout moment, et ne font pas l'objet d'un " blocage " comme ce peut être le cas avec d'autres produits d'épargne comme le PEL. D'autre part, les intérêts issus du Livret A sont exonérés d'impôts sur le revenu et de prélèvements sociaux.

Comment est calculé le taux du Livret A ?

Le taux de rémunération du Livret A est l'indice qui permet de déterminer le rendement de l'épargne. En tant que produit d'épargne réglementé, c'est à l'État qu'il revient de déterminer la valeur du taux de rémunération, selon des paramètres spécifiques. La méthode de calcul employée pour la détermination du taux du Livret A influence directement les taux d'autres Livrets – comme le Livret de développement durable, le Livret d'épargne populaire ou encore le compte épargne loge-ment.
En tant qu'établissement public, la Banque de France fixe le taux du Livret A à l'aide d'une formule de calcul qui utilise la moyenne semestrielle de l'Eonia (qui est le taux de référence du marché inter-bancaire dans la zone euro) et la moyenne semestrielle de l'inflation sur 12 mois glissants (indice des prix à la consommation, ensemble des ménages, hors tabac). À ceci, il faut également ajouter le taux plancher de 0,50 %.
En 2017, le taux du Livret A a connu plusieurs évolutions : en 2016 par exemple, il a été décidé de maintenir le taux de rémunération du produit d'épargne à hauteur de 0,75 % pour la période du 1er février 2017 au 31 juillet 2017 – on estime à l'époque qu'il s'agit de son plus bas niveau historique depuis le 1er août 2015. Rappelons à ce titre que le taux de rendement du Livret A fait l'objet d'une réglementation et peut être révisé jusqu'à deux fois par an (le 1er février et le 1er août de chaque année). Finalement, et malgré la formule censée porter à 1 % le taux du Livret A, celui-ci reste fixé à 0,75 % à compter du 1er août 2017. Le 2 décembre 2017, le taux est finalement bloqué à 0,75 % jusqu'à la fin du mois de janvier 2020. Une mesure qui avait déjà fait l'objet d'une annonce à la rentrée 2017.

Pourquoi un taux si bas en 2017 ?

Alors-même que l'application de la formule aurait dû permettre de relever le taux du Livret A à 1 % en 2017, le gouvernement a choisi de suivre les recommandations de la Banque de France, et de maintenir le taux à 0,75 %. À l'époque, le gouverneur de la Banque de France s'est fendu d'une explication, souhaitant préserver " l'intérêt des ménages comme du logement social de toute effet de volatilité de la rémunération de l'épargne ". Rappelons en effet que l'épargne contenue dans les produits d'épargne de type Livret A permettent le financement de logements sociaux : la hausse du taux aurait donc eu comme conséquence l'augmentation du coût de financement du logement social. Et l'effort de construction et de rénovation du parc social constitue, du moins à cette époque, une priorité du gouvernement.
Or, avec un rendement réel réputé " négatif ", le Livret A prend le risque de se placer en dessous du taux d'inflation moyen – autrement dit, le taux de progression moyen des prix à la consommation estimée à 0,9 % sur les 6 derniers mois. La Banque de France rappelle toutefois que la rémunération du Livret A aurait pu faire l'objet d'un abaissement plus important à 0,50 % au 1er février 2016.

Des perspectives attractives en termes de fiscalité

À la différence de nombreux autres produits d'épargne, le Livret A ne fait l'objet d'aucun prélève-ment. Cette situation demeure inchangée, malgré la mise en œuvre progressive de la flat tax et la hausse de la CSG, annoncée pour le 1er janvier 2018. Rappelons que ce dispositif est constitué d'une imposition forfaitaire de 30 %, censée remplacer le système actuel de taxation des revenus du capital. Ainsi, les intérêts figurant sur les Livrets réglementés continuent d'être exonérés d'impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Les bons choix pour votre épargne
Assurance vie 
Notre sélection des meilleurs contrats
Je découvre 
SCPI 
Notre gamme en direct & en assurance vie
Je découvre 
PER 
Notre sélection pour votre retraite
Je découvre