jeudi22juin
Fermeture de compte bancaire

Certains conseillers en finance disent qu’on a intérêt à fermer son PEL au bout de 15 années de placement. En tout cas, ce n’est pas obligatoire, le choix vous appartient. Mais la loi dit que les plans qui ont été souscrits depuis le mois de mars 2011 sont concernés par cette fermeture. Si vous disposez donc d’un plan plus ancien, vous pouvez encore tirer profit de votre support d’épargne.

Il faut admettre que les Français sont très attachés à leur Plan épargne logement (PEL) même si actuellement, il est considéré comme un grand classique en matière de placement. Avec une période d’épargne qui peut être suivie d’une possibilité d’emprunt, ce support permet de réaliser un projet de grande envergure. En plus, son taux de rémunération est assez stable dans le temps.

En moyenne, si on fait une comparaison livret d’épargne, il offre un rendement brut assez élevé (2,50%), plus précisément pour les plans ouverts entre le 1er août 2003 et le 30 janvier 2015.

Si on se base sur ce rendement, un PEL peut vous procurer une rémunération nette de 2,11 % si on tient compte du taux de prélèvements sociaux de 15,50 %. À cet effet, si vous êtes détenteur d’un PEL souscrit avant le mois de mars 2011, vous avez intérêt à le conserver car il pourrait être utile pour vos projets immobiliers futurs.

Sachez que lorsqu’un PEL atteint ses 10 années d’existence, vous n’aurez plus besoin d’y effectuer des versements réguliers car les droits à prêt et à prime ne seront plus valables. Par conséquent, les plans ouverts depuis le 1er mars 2011 qui atteindront 15 années d’existence vont devenir un compte sur livret bancaire ordinaire.

Le choix est assez difficile

Conserver ou fermer ? Telle est la question ! Mais quand on analyse les choses de plus près, on se rend compte que le facteur qui détermine le plus notre choix c’est la fiscalité et rien d’autre.

En effet, c’est un critère décisif car vous savez sûrement que les PEL ne bénéficient d’une exonération totale d’impôt que pendant les 12 années de souscription.

Une fois passée cette période, leur rémunération devient de moins en moins intéressante. Dans cette optique, il peut vaut mieux retirer tout le montant contenu dans son PEL.

Toutefois, il faut penser à prévoir une autre alternative de placement telle que l’assurance vie pour éviter toute tentation de dépense irréfléchie.

Pour que vous puissiez y voir plus clair, prenons un petit exemple. Supposons qu’un foyer, imposé à un taux de 14%, a décidé d’ouvrir un PEL au début de l’année 2003 avec un rendement brut de 3,27%.

Si on prélève l’impôt, le PEL affichera un taux de rendement d’environ 2,33%, nettement supérieur à celui d’un PEL ouvert après le 1er mars 2011 ou la rémunération s’établit à 2,11%. Le détenteur de ce PEL trouvera donc intérêt à conserver son support.

Utiliser un PEL pour appuyer financièrement un membre de sa famille

Si vous souhaitez aider financièrement un membre de votre famille dans l’acquisition de sa résidence principale, vous pouvez lui céder votre droit à prêt. Ainsi, le bénéficiaire pourra jouir de tous les avantages contenus dans votre PEL au lieu de signer un contrat d’emprunt immobilier classique qui pourrait lui coûter un peu cher.

Mais cette technique va vous obliger à récupérer l’intégralité de la somme déposée dans votre support avec ses intérêts cumulés. Évidemment, il serait préférable d’effectuer cette cession de droits pendant les douze années d’existence du PEL.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos