dimanche01janvier

Le 13 janvier 2016, le ministère des Finances et des Comptes publics a communiqué les taux du livret A ainsi que de celui du Plan d'épargne logement (PEL). Si le premier est maintenu à 0,75 %, le PEL pour sa part passe de 2 à 1,5 %, puis à 1 % à partir d'août 2016. Ceux qui s'attendaient à une revalorisation seront déçus. Il faut toutefois souligner qu'en application de la formule de calcul habituellement appliquée, le taux du livret A aurait dû être de 0,5 %. Le plafond reste quant à lui à 22 950 €, le même depuis février 2013.


Sommaire

  • Une épargne peu rémunérée, mais sans risque
  • Le Plan d'Épargne Logement (PEL) poursuit sa chute
  • L'assurance-vie : une rémunération intéressante et sans risques
  • Un capital disponible à tout moment
  • Une fiscalité attractive sur la durée

Une épargne peu rémunérée, mais sans risque

Avec un taux au plus bas depuis sa création en 1818, le Livret A conserve sa rémunération de 0,75 % appliquée depuis août 2015. On est bien sûr très loin des 8,50 % de 1981, mais le taux de l'inflation était aussi bien plus élevé.
En y regardant de plus près, le célèbre livet d'épargne reste sur ses rails puisque n'a jamais été créée pour enrichir les titulaires, mais protéger leur épargne de l'inflation. Cette dernière n'ayant été que de 0,2 % en 2016, les épargnants restent donc " gagnants ".
Il préserve également ses avantages historiques que sont une épargne défiscalisée, des retraits et versements libres et sans frais ainsi que l'absence de risque en ce qui concerne le capital.
Les produits d'épargne réunissant ces critères sont rarissimes et le Livret A garde donc une longueur d'avance du moins en matière de placement garanti.

Le Plan d'Épargne Logement (PEL) poursuit sa chute

Si le Livret A se maintient, il en est tout autrement du PEL. De 2 %, le taux de rémunération passe à 1,5 % tout en étant soumis aux prélèvements sociaux au taux de 15,5 % (fin 2016).
Nouvelle baisse en août 2016 avec un PEL qui perd 0,5 %. Idem pour le taux de prêt qui passe de 2,70 en janvier 2016 à 2,20 % en août de la même année. Du 1er février 2015 au 31 janvier 2016, le taux du prêt était de 3,20 %.
Avec ses 2,20 %, le taux du prêt immobilier en PEL n'est guère attractif, la moyenne des taux inter-bancaires frôlant les 1,5 %.
Si l'on prend en compte que l'épargne est bloquée durant 4 ans, le Plan d'Épargne Logement n'a plus guère d'avantages à être ouvert. Seuls les anciens PEL conservent toutefois le taux de rémunération en vigueur au moment de la souscription.
Trouver mieux que le Livret A et que le PEL est sans doute le souhait de nombreux épargnants. Le souci est que les alternatives sont peu nombreuses dans les réseaux bancaires traditionnels. Certaines banques en ligne proposent certes des comptes rémunérés, mais d'une part ces établissements qui proposent cette rémunération sont encore peu nombreux, et d'autre part, le taux est faible avec de 0,10 à 0,25 % bruts.

L'assurance-vie : une rémunération intéressante et sans risques

Face à l'effritement des produits réglementés, nombreux sont les épargnants qui souhaitent trouver une solution alternative. Sans pour autant venir remplacer Livret A ou le PEL en termes de souplesse et de simplicité, l'assurance-vie se positionne comme un des rares placements d'épargne à offrir des avantages finalement assez proches. En observant la hausse des chiffres de collecte nette publiées par la FFA, il apparaît clairement que l'assurance-vie séduit de plus en plus de souscripteurs.
Un placement en fonds en euros garanti par l'assureur, un taux de rémunération proche des 2 % et souvent plus, l'assurance-vie offre parallèlement d'intéressants avantages fiscaux.
Sans pour autant prendre des risques inconsidérés, le contenu d'une assurance-vie est en mesure de générer une rémunération attractive. En souscrivant une assurance-vie multisupport, il est en effet possible d'intégrer des unités de compte (UC).
Ces unités de compte se matérialisent par des enveloppes qui peuvent être des parts de SCPI, un OPCVM ou un OPCI. En dehors de devoir choisir le contrat qui répond à vos attentes, aucune con-naissance approfondie des marchés financiers n'est requise. Ces unités de compte sont en effet gérées par des sociétés de gestion ou des gestionnaires professionnels qui partagent les mêmes objectifs.
Si l'on prend par exemple l'intégration de parts de SCPI, les gains régulièrement perçus sont automatiquement réinvestis sur les diverses composantes de votre contrat et augmentent ainsi le capital.

Un capital disponible à tout moment

Un peu comme un livret A, mais sans plafond ou blocage sur une certaine durée, l'assurance-vie permet à tout moment d'effectuer un retrait total ou partiel des sommes capitalisées. Certes, un retrait demande plus de temps que pour un livret A, les banques en ligne procédant par exemple à la disponibilité des fonds en moyenne sous 15 jours.

Une fiscalité attractive sur la durée

Quel que soit le produit financier, la fiscalité qui est appliquée aux dividendes ou plus-values constitue un élément essentiel. Celle de l'assurance-vie est variable suivant la durée de détention, mais une constante est que seuls les gains sont taxés, le capital restant exonéré tant en matière d'impôt sur le revenu que de prélèvements sociaux.
En ce qui concerne les gains, la base de taxation est le prélèvement forfaitaire unique de 30 % (impôts + prélèvements sociaux). Pour un contrat détenu durant plus de 8 ans s'applique un abattement de 4 600 € et de 9 200 € pour un couple marié ou pacsé.

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Les bons choix pour votre épargne
Assurance vie 
Notre sélection des meilleurs contrats
Je découvre 
SCPI 
Notre gamme en direct & en assurance vie
Je découvre 
PER 
Notre sélection pour votre retraite
Je découvre