vendredi27janvier

Alors que depuis la crise, la FED enchaine les politiques d'assouplissement quantitatif, c'est-à-dire qu'elle rachète des bons du trésor américain, la Banque centrale européenne ne peut pas prêter aux Etats européens, d'après le traité de Maastricht.

    Masi les français ne peuvent pas en vouloir à l'Europe puisque avant le traité de Maastrich, l'Etat français avait déjà mis en place en 1973 un décret interdisant à l'Etat d'emprunter directement à la banque de France. Le traité de Maastricht n'a fait que prolonger ce choix qui s'était étendu à l'Europe entre temps. Les raisons évoquées pour ce décret étaient multiples. Certaines étaient nobles. Il s'agissait par exemple de lutter contre l'inflation et de forcer les Etats ne disposant plus de l'arme de la planche à billet à être plus rigoureux

    La polémique notera néanmoins que cette décision, prise par Pompidou, qui fut directeur générale de la Banque Rothschild, a poussé les Etats à se tourner vers les établissements financiers pour contracter des prêts. Cette décision a donc permis aux banques d'étendre leur activité même si aujourd'hui avec la crise elles sont plus réticentes à prêter à certains Etats notamment aux pays de l'Europe du Sud.

    Ainsi, les Etats auraient grandement besoin, comme aux Etats-Unis, de l'aide de leur banque centrale aujourd'hui. Mais on peut trouver des solutions pour contourner ces traités

    L'Europe s'est ainsi tournée vers le FMI. Celui-ci peut mettre à la disposition d'un pays en difficulté des DTS (droit de tirage spéciaux) qu'il est possible d'échanger à la banque centrale contre des euros. Mais cette action fut d'une faible ampleur, limitée en effet du montant de la garantie de 150 milliards apportées par les pays européens. Même si ce montant apportée n'est qu'un depôt de garantie, et ne constitue pas un prêt, il est difficile d'imaginer le processus se répéter dans une plus grand ampleur, puisque le FMI reste une organisation internationale, et non européenne et que les autres pays ne veulent pas payer pour renflouer l'Europe.

    Le FMI ne peut pas remplacer la BCE. Celle-ci a quand même réalisé il y a quelques semaines un prêt de 490 milliards d'euros, destiné aux banques, dans le but de les pousser à prêter ensuite aux Etats. Même si le geste a été salué par le marché, et que les banques se sont remises à prêter aux Etats, l'action reste insuffisante et les taux d'emprunt des Etats européens sont encore relativement hauts

A découvrir également

  • Les bons résultats trimestriels des entreprises cotées n’effacent pas la volatilité des marchés
    25/04/2022
  • Le marché des introductions en Bourse plombé par la guerre en Ukraine
    14/04/2022
  • Les marchés obligataires en effervescence dans la zone euro
    13/04/2022
  • Flambée des cours de l’or depuis le mois de février
    24/03/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt