lundi14mars

A l'occasion de sa journée investisseur, l'équipementier aéronautique Safran a prévenu que sa marge opérationnelle courante ajustée resterait stable sur la période 2016-2020, et se maintenir au niveau de 2015, à 14%. Le groupe doit en parallèle mettre en place le démarrage et la montée en cadence de la production de son nouveau moteur assurer la transition de son moteur vedette CFM56 vers la nouvelle technologie LEAP. Le titre est lanterne rouge avec un repli de 6,18%, à 55,57 euros

    Safran, qui a reçu la certification de son moteur LEAP-1A en novembre dernier, mise sur une entrée en service en milieu d'année. Deux autres versions du moteur sont en cours de certification.

    En février 2016, le carnet de commandes et d'intentions d'achat du LEAP dépassait déjà les 10.000 moteurs, a indiqué Safran lors de la publication de ses résultats annuels à la fin du mois dernier. Les premières livraisons commerciales du moteur LEAP devraient intervenir cette année.

    Pour assurer la montée en cadence de la production, l'équipementier aéronautique a investi dans deux nouvelles lignes d'assemblage en France, tandis qu'une usine est en cours de construction au Mexique.

    Et pourtant, le titre dégringole. Le titre est lanterne rouge avec un repli de 6,18%, à 55,57 euros. L'impact sur les marges de la transition entre le principal moteur CFM56 et le LEAP inquiètent les investisseurs.

    Durant la période de transition entre 2016 et 2020, Safran espère dégager pour sa principale branche de propulsion - chargée de la fabrication des moteurs d'avions - une marge supérieure à 15%, grâce au dynamisme des services pour moteurs civils.
    Pour ses autres branches d'activités - équipements, défense et sécurité -, le groupe attend une amélioration d'environ un point des performances opérationnelles sur la même période.

    A l'issue de cette période de transition, le groupe s'est fixé pour 2020 un objectif de marge opérationnelle courante ajustée supérieure à 15%. A cette date, Safran vise également un chiffre d'affaires de 21 milliards d'euros et attend une "très forte" amélioration par rapport à 2015 de son cash-flow libre, a-t-il indiqué avant la tenue lundi d'une journée investisseurs à Londres.
    L'an dernier, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires ajusté de 17,4 milliard d'euros et une marge opérationnelle courante ajustée de 14%. Le cash-flow libre a atteint 974 millions d'euros et a représenté 40% du résultat opérationnel courant ajusté.

    Dans le cadre de sa journée investisseurs, Safran a par ailleurs annoncé une revue des options possibles pour ses activités d'identité et de sécurité, et avoir procédé à la mise en vente de ses activités de détection. Cette revue intervient alors que Safran se recentre de plus de en plus sur ses activités d'aéronautique et de défense, où il est le fournisseur principal pour les avions ou les fusées de Boeing et Airbus. Safran a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 1,85 milliard d'euros dans les activités de sécurité, a indiqué Philippe Petitcolin.

    Safran est en train également de céder ses activités de détection, acquises en 2009 auprès de General Electric et discuterait avec plusieurs repreneurs potentiels pour l'activité de détection, qui réalise un chiffre d'affaires d'environ 350 millions de dollars, a indiqué Philippe Petitcolin.


    Le marché s'inquiète notamment de la capacité du groupe à gérer la transition entre le moteur best-seller CFM56 et son successeur le LEAP. Malgré la durée de vie extrêmement longue de ces programmes, "le marché a parfois la vue un peu courte quand il s'agit de la valoriser" jugeait un analyste.

    A découvrir également

    • Alignement des planètes ?
      4/09/2019
    • Haut ou bas ?
      27/08/2019
    • Du plomb dans l'aile...
      22/08/2019
    • Le nerf de la guerre...
      13/08/2019

    Archives

    Etre rappelé par un conseiller
    Nous envoyer un message
    Parlons Placement
    Nos placements
    PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
    Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
    SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
    DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt