Un couple heureux prévoit un budget familial pour la maison.

    Alors que le plafond de versement du LEP a été réhaussé il y a quelques mois, celui du Livret A va-t-il connaître le même sort ? Voici la réponse de Bercy.

    Onze années. A quelques jours près, cela fait plus de onze ans que le plafond du Livret A n’a pas bougé. Puisque pour rappel, il a été fixé à 22 950 euros le 1er février 2013, alors qu’au 1er octobre 2012, il était de 19 125 euros.

    En octobre dernier, la députée RN Nathalie Da Conceicao Carvalho a soulevé l’idée qu’il était temps de réhausser à nouveau le plafond du placement préféré des Français. Selon elle, au vu de « l'inflation actuelle », les citoyens doivent pouvoir « disposer d'une épargne disponible pour consommer ».

    Un plafond atteint par une minorité d’épargnants

    C'est du moins l’argument qu’elle a avancé au ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire. Mais il n’a, semble-t-il, pas été entendu. En effet, le 30 janvier, Bercy a émis un refus catégorique à cette proposition, nous apprend le site d’information MoneyVox. Selon le ministère de l’Economie, « seuls 10% des détenteurs de Livret A ont atteint le plafond ».

    Dans ces conditions, les ménages ont-ils vraiment besoin d'épargner davantage sur ce livret ? Si l’on regarde les chiffres fournis par la Banque de France, ils lui donnent raison. Puisque fin 2022, le solde moyen d'un Livret A ne s’élevait qu’à 6 351 euros. En outre, environ un tiers des épargnants possédant un Livret A n’y détiennent que 150 euros maximum dessus.

    Par ailleurs, ceux qui auraient atteint le plafond de versement de 22 950 euros, et qui auraient davantage d’économies à placer, ont la possibilité d’ouvrir un Livret de développement durable et solidaire (LDDS). Plafonné à 12 000 euros, ce livret est également défiscalisé. Sa rémunération est égale à celle du Livret A, à savoir 3% jusqu’au 31 janvier 2025. Enfin, l’épargnant peut retirer des fonds à tout moment.

    Découvrez le livret Meilleurtaux

    Le logement social suffisamment financé par l’épargne des ménages

    Pour motiver son refus d’accroître le plafond de versement du Livret A à 30 000 euros, Bercy a également expliqué que « les plafonds actuels permettent déjà au Fonds d'épargne (...) de disposer de suffisamment de liquidités pour financer le logement social et les projets d'intérêt général des collectivités territoriales ».

    A quoi fait-il référence ? Simplement au fait qu’environ 60% des sommes déposée par les épargnants sur ce livret d’épargne réglementée sont centralisées sur le Fonds d'épargne, géré par la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC). Ce qui représentait, fin 2022, 325,4 milliards d’euros. Lesquels sont, en partie, destinés à financer le secteur du logement social. Tandis que le reste des fonds participe au financement de l’économie, au soutien des entreprises, ainsi qu’au financement de projets d’intérêt général (rénovation énergétique de bâtiments publics, déploiement de modes de transport respectueux de l'environnement, etc.).

    Ainsi, réhausser le plafond du Livret A “se traduirait par un coût pour les finances publiques au profit, principalement, des ménages aisés”, explique Bercy. Et ce, “sans que ce rehaussement n’apporte de bénéfice au financement du logement social”, conclut le ministère. Le Livret A ne connaîtra donc pas de revalorisation de son plafond comme le Livret d'épargne populaire (LEP). Du moins à court terme. Pour rappel, ce dernier est passé de 7 700 euros à 10 000 euros en octobre.

    En savoir plus sur le livret Meilleurtaux
    Logo redacteur

    Écrit par
    La rédaction Meilleurtaux Placement

    Ça peut vous intéresser

    Archives