vendredi20mars

L'administration Obama bascule de plus en plus dans le populisme au lieu de donner une direction claire en matière de plan de sauvetage de l'industrie financière.

    Le Congrés Américain a adopté hier une loi sur la taxation des bonus
    Il fallait faire vite. Le scandale provoqué par les 165 millions de dollars de bonus payés AIG alors que l'Etat avait injecté plus de 150 milliards de dollars pour éviter la faillite de l'assureur était en train de déstabiliser le gouvernement. Le secrétaire au Trésor Tim Reithner a même du servir de fusible pour éviter que l'affaire touche Obama directement en assumant la responsabilité de cette erreur. C'est donc à une écrasante majorité, 328 contre 93, tous les démocrates mais également la moitié des républicains, qu'une taxe de 90% sur les bonus a été adoptée hier.

    Cette taxe concerne quel type de bonus?
    Tous les bonus payés par des institutions qui bénéficie de l'aide fédérale, au minimum 5 milliards de dollars, à des employés qui ont une rémunération de plus de 250,000 dollars.

    C'est la fin des bonus ?
    Non. Les Américains sans le savoir viennent de créer une économie à deux vitesses. Avec les effets pervers que toute mesure excessive et populiste peut provoquer. Tout d'abord cela va motiver les entreprises qui ont fait appel à l'aide publique et qui ne sont pas à l'agonie à rembourser au plus vite l'argent à l'état pour recouvrer leur liberté d'action. Ensuite, surtout dans le secteur des banques et de la finance, cela va tout simplement faire le bonheur de banques d'affaires comme Goldman Sachs ou Morgan Stanley qui vont pouvoir concentrer tous les talents de la place. Enfin cela va tout simplement provoquer une explosion des salaires. Déjà chez Citigroup on envisage de conserver la même rémunération globale. Avant elle était répartie entre 20% de salaire et 80% de bonus, a l'avenir ce sera 80% de salaire et 20% de bonus. Les Etats Unis tombent dans le panneau des mesures spectaculaires, populistes. Ils vont découvrir vite qu'elles sont contreproductives au pays de la libre entreprise.

A découvrir également

  • Les tensions inflationnistes compliqueront le financement des pépites de la tech
    24/06/2022
  • La médiatrice de l’AMF insiste sur le respect du délai d’instruction de la succession d’un PEA
    21/06/2022
  • Les gestionnaires interdits de facturer des commissions de mouvement à partir de 2026
    8/06/2022
  • Les bons résultats trimestriels des entreprises cotées n’effacent pas la volatilité des marchés
    25/04/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt