mardi22février

Derichebourg, le spécialiste du recyclage des métaux tient le rôle de lanterne rouge du SBF 120 pour abandonner 3.92%, à 5.88 euros.

    Les trois métiers du groupe, que sont le recyclage des métaux qui représente 64% de son chiffre d'affaires, les services aéroportuaires (19% du CA) et les services aux entreprises et collectivités notamment dans la propreté (17% du CA) ont tous les trois renoué avec les bénéfices.

    Le groupe a renoué avec les profits sur son exercice 2009/2010, clos le 30 septembre, avec un bénéfice net de 61.5 millions d'euros, contre une perte de 179 millions un an auparavant.

    Un redressement plus rapide qu'anticipé par les analystes, notamment grâce à une reprise de l'activité qui s'est traduit par une croissance de son chiffre d'affaires de 28%, pour atteindre 3.1 milliards d'euros, grâce à l'envolée des métaux précieux. Le résultat opérationnel a aussi été meilleur que prévu et frôle les 130 millions d'euros. Mieux encore, l'excédent brut d'exploitation s'est envolé de 139%, pour atteindre 244 millions d'euros. Au premier trimestre 2011, le groupe a publié un chiffre d'affaires en hausse de 39% et a confirmé ses "perspectives de forte croissance" Cette amélioration des comptes renforce l'optimisme du management quant aux perspectives pour 2011, qui vise une amélioration significative de ses marges. Selon Oddo, le pic de marge n'est pas encore atteint, la marge opérationnelle courante devrait gagner 110 points de base en 2011 et encore 70 points en 2012.

    Au niveau des ratios, le groupe capitalise 1038 millions d'euros c'est peu par rapport à son CA qui totalise 3.120 milliards. Les fonds propres, de 360 millions d'euros, sont plus de deux fois moins importants que la dette qui devrait atteindre 738 millions d'euros en 2011. Au final la valeur entreprise atteint 1.776 milliards. L'endettement, avec un gearing qui est de 204% reste le gros point noir du dossier même si celle-ci tend à diminuer. Le désendettement est d'ailleurs la priorité du groupe.

    Malgré le fait que le titre ait pris 78% en l'espace de 6 mois, l'action ne se paye pas chère. Au cour actuel, l'action est même sous valorisée puisqu'elle se paye moins de 10 fois les profits attendus pour 2011.

    En raison de la valorisation attractive et de la baisse du titre nous pensons qu'il peut y avoir une opportunité pour se positionner sur Derichebourg, et estimons qu'un objectif à 6.5 euros valoriserait la société à sa juste valeur. Le titre a la capacité de renouer avec le cours qui prévalait fin janvier, à 6.45 euros et qui correspond plus ou moins à son zénith de juillet 2008 inscrit à 6,56E.

A découvrir également

  • Les tensions inflationnistes compliqueront le financement des pépites de la tech
    24/06/2022
  • La médiatrice de l’AMF insiste sur le respect du délai d’instruction de la succession d’un PEA
    21/06/2022
  • Les gestionnaires interdits de facturer des commissions de mouvement à partir de 2026
    8/06/2022
  • Les bons résultats trimestriels des entreprises cotées n’effacent pas la volatilité des marchés
    25/04/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt