jeudi21juillet

Le plafond légal de la dette américaine existe depuis 1917. Il a été instauré afin de donner plus de liberté au gouvernement pour financer l'entrée en guerre du pays, tout en lui fixant une limite à ne pas dépasser.

    Auparavant, le Congrès devait donner son approbation à chaque fois que le Trésor souhaitait vendre de la dette américaine pour récupérer des fonds. En instaurant une limite à l'emprunt, on donnait davantage de flexibilité au gouvernement fédéral, dès lors capable de remplir ses coffres sans passer systématiquement par le Congrès. Depuis 1917, le gouvernement ne se tourne vers le pouvoir législatif que lorsqu'il a besoin de relever ce plafond.

    Malheureusement, ces demandes deviennent de plus en plus régulières. De 11.5 millions de dollars en 1917, il est passé à 5 950 milliards de dollars en 2001 et 14 294 milliards aujourd'hui, avec 10 relèvements en 10 ans.

    La tendance continue en plus de s'accélérer puisque le dernier relèvement n'a eu lieu pas plus tard qu'en février dernier. Le plafond avait été augmenté de 2 milliards de dollars, montant qui a ensuite été atteint dès la mi-mai.

    Depuis, le secrétaire au Trésor, Timothy Geithner, use de divers mécanismes financiers qui lui permettent de continuer à emprunter de l'argent. Mais il a aussi prévenu que l'État ne pouvait fonctionner indéfiniment sur ce modèle.

    Le congrès américain a donc jusqu'au 2 août pour approuver le relèvement du plafond. Ce congrès est composé du Senat et de la chambre des représentants

    Pour Barack Obama et son équipe, il s'agit donc d'obtenir l'accord du sénat à majorité démocrate, mais aussi de la chambre des représentants, passée sous pavillon républicain en Novembre 2010. Ceux-ci sont déterminés à voir l'administration démocrate prendre des engagements sérieux à réduire les dépenses publiques en échange de leur vote. Les démocrates ne veulent pas réduire les dépenses publiques, alors même que la croissance demeure fragile et que l'emploi se dégrade à nouveau, à moins qu'elle ne s'accompagne d'une hausse de la fiscalité pour les plus aisés.

    Malgré des négociations poussives, le congrès devrait arriver à un accord sur le relèvement du plafond, faute de quoi les Etats-Unis se déclareraient en cessation de paiement ce qui aurait des conséquences désastreuses pour l'économie américaine mais aussi mondiale.

    Mais un relèvement de plafond ne réglerait de toute façon pas la situation des Etats-Unis. Il permettrait juste de gagner un peu de temps puisque d'ici quelques mois, le nouveau plafond serait atteint et les négociations reprendront.

A découvrir également

  • Les tensions inflationnistes compliqueront le financement des pépites de la tech
    24/06/2022
  • La médiatrice de l’AMF insiste sur le respect du délai d’instruction de la succession d’un PEA
    21/06/2022
  • Les gestionnaires interdits de facturer des commissions de mouvement à partir de 2026
    8/06/2022
  • Les bons résultats trimestriels des entreprises cotées n’effacent pas la volatilité des marchés
    25/04/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt