mercredi01juin

Etam Développement est spécialisé dans la conception et la distribution de vêtements, d'articles de lingerie et d'accessoires pour femmes à travers ses marques Etam, et 1.2.3 Le groupe commercialise ses produits à travers un réseau mondial de 3 834 magasins dans le monde. L'hexagone reste de loin son premier marché avec 62.3% de son chiffre d'affaire, mais Etam a trouvé un relai de croissance significatif en Chine où il réalise 27,2% de ses ventes

    Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires en 2010 de 1.135 milliards d'euros, en haussé de 11.2% pour un résultat net de 16.3 millions, en baisse de 14% par rapport à l'exercice précédent. En termes de rentabilité, la marge d'exploitation est de 4.7% tandis que la marge nette n'est que de 2.2%. Des marges qui sont faibles pour préserver les volumes de ventes et maintenir des prix attractifs.

    La rentabilité du groupe sera mise à rude épreuve sur l'exercice à venir dans la mesure où Etam est confronté à l'augmentation du prix de matières premières et notamment de l'envolée du coton, ainsi qu'à l'inflation du coût de la main d'oeuvre en Asie, et notamment en Chine, mais l'environnement économique ne permet pas d'augmenter les prix de vente suffisamment pour compenser cet impact. Il est par exemple exclu de passer de hausses de prix sur des articles qui étaient déjà en magasin l'an dernier dans un contexte où les ménages français ont d'ailleurs tendance à freiner leur dépenses de consommation /

    Pour l'ensemble de l'année 2011, Etam prévoit une consommation globalement stable dans le secteur en Europe. Pour la Chine, le groupe table sur une croissance à surface comparable et taux de change constants plus faible que les 15,9% atteints en 2010 ; Sur le premier trimestre 2011, Etam a vu son chiffre d'affaires progresser de 9,8% en données publiées, mais de seulement 0,9% à surface comparable et taux de change constants.
    Le point positif de ce dossier c'est sa valorisation très attractive. Le groupe capitalise en effet 255 millions d'euros pour plus d'un milliard de chiffre d'affaires, soit un cinquième de son chiffre d'affaires ; Idem pour la valeur entreprise se paye qui 0.3 fois le chiffre d'affaires. Le groupe est en effet peu endetté avec un gearing de 30% pour des capitaux propres pratiquement équivalent à son poids en bourse. Le titre se paye 10.3 fois les bénéfices attendus pour 2011 et à peine 8 fois les bénéfices de 2012. Valorisation très attractive donc, mais sa dépendance à la vigueur de la consommation française, l'envolée du prix des matières premières et l'absence de pricing power nous incite à rester à l'écart pour l'instant. Nous manquons de visibilité et les perspectives de croissance pour l'exercice à suivre ne nous semblent insuffisantes en raison d'un environnement économique difficile. Le titre grimpe de 0.56%, à 32.15euros, mais recule de 12% depuis de l'année. Le titre est pratiquement stable sur 52 semaines, en légère baisse de 1.35%. Pour terminer, les analystes sont partagés sur le dossier, avec un tiers à l'achat, un tiers à conserver, et les 33% restants à la vente, objectif à 34.78 euros.

    A découvrir également

    • Alignement des planètes ?
      4/09/2019
    • Haut ou bas ?
      27/08/2019
    • Du plomb dans l'aile...
      22/08/2019
    • Le nerf de la guerre...
      13/08/2019

    Archives

    Etre rappelé par un conseiller
    Nous envoyer un message
    Parlons Placement
    Nos placements
    PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
    Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
    SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
    DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt