jeudi30juin

La place parisienne a passé la quatrième, à la faveur du " oui " du Parlement grec au plan d'austérité sur cinq années. Le CAC 40 limite ses gains sur une hausse de 0,21% mais reste ancré au-dessus des 3 900 points à 3 932 points. Les investisseurs sont certes soulagés par l'issue du vote mais sont demeurent encore prudents alors que les parlementaires se prononceront ce jeudi après-midi sur les modalités de ce nouveau programme de coupes budgétaires et de privatisations à engager pour sortir le pays de l'ornière. Ce dernier jour de juin marque aussi la fin du " QE2 ", le plan d'achats d'actifs de 600 milliards de dollars à l'initiative de la Reserve Fédérale américaine. Sur les autres places européennes, les opérateurs ont bien digéré le " oui " grec et préfèrent se concentrer sur le vote d'application des mesures grecques : a Francfort, le Dax gravite autour de l'équilibre à 7 292 points alors que le Footsie se porte mieux et grimpe de 0,52% à 5 886 points.

    Le compartiment financier est bien encore bien orienté à la mi-journée soutenue par le vote positif grec : Natixis, en tête du CAC 40 gagne 1,70% à 3,41 euros, BNP Paribas progresse de 1,17% à 52,61 euros, Société Générale (+0,73% à 52,43 euros), et Crédit Agricole prend 0,20% à 10,19 euros. Axa s'adjuge 1,18% à 15,44 euros profitant d'une note de Jefferies, qui a relevé sa recommandation sur le titre de l'assureur de " conserver " à " achat " avec un objectif de cours à 12 mois de 18,30 euros.

    Alstom grimpe de 1,02% à 42,06 euros. Le groupe a remporté, conjointement avec l'indien HCC, un contrat de 285 millions d'euros pour la construction d'une centrale hydroélectrique en Inde. La part revenant au groupe français est d'environ 180 millions d'euros.

    Sortie de route pour le compartiment automobile : Peugeot plonge de 1,76% à 30,46 euros et signe la plus forte baisse de l'indice phare, Renault cède 1,11% à 40,16 euros alors que le secteur pourrait être affecté par l'affaiblissement du pouvoir d'achat des consommateurs dans le monde.

    Carrefour plie 1,32% à 27,89 euros. Le conseil d'administration de Carrefour se réunirait ce soir ou demain pour examiner le projet de rapprochement des activités brésiliennes du distributeur avec celles de CBD, selon 'Les Echos'. Par ailleurs, Casino réplique en augmentant de 6,2% sa participation dans Grupo Pao de Açucar, dont il détient désormais 43,1% du capital. Le titre du distributeur stéphanois est stable à 64,61 euros.

    En tête du SBF 120, SoiTec flambe de 5,84% à 7,64 euros. Le titre se reprend après une baisse de plus de 10% sur les derniers jours, consécutive à l'annonce d'une levée de fonds de 150 millions d'euros.

    Eiffage progresse de 2,23% à 45,325 euros. Le nouveau capitaine du groupe Pierre Berger a déclaré au ?Figaro' faire la chasse à la dette et prévoit de restaurer les marges du groupe. Il dit viser une réduction de l'endettement de 300 à 400 millions d'euros cette année et en 2012.

    Rentabiliweb a fait suspendre son cours de bourse aujourd'hui, dans l'attente d'un communiqué attendu dans la journée.

    Sur le marché des devises, l'euro continue sa progression sur un gain de 0,33% à 1,4482 face au dollar. La monnaie unique européenne cède en revanche 0,15% à 116,41 tandis que le dollar plie de 0,53% à 80,37 face à la monnaie nipponne. Le baril de pétrole consolide légèrement après le gain de la veille. Le WTI qui perd 0,10% à 94,67 dollars alors que le Brent perd 0,36% à 111,99 dollars. Le métal jaune glisse de 0,11% à 1 511 dollars l'once...

    A découvrir également

    • Alignement des planètes ?
      4/09/2019
    • Haut ou bas ?
      27/08/2019
    • Du plomb dans l'aile...
      22/08/2019
    • Le nerf de la guerre...
      13/08/2019

    Archives

    Etre rappelé par un conseiller
    Nous envoyer un message
    Parlons Placement
    Nos placements
    PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
    Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
    SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
    DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt