mardi03mai

L'once d'or enquille record sur record depuis quelques semaines et flirte avec le seuil des 1580$ l'once. A l'inverse, la valorisation des mines d'or est très nettement sous évaluée comparé à la flambée de l'once. Comment expliquer ce décalage ?

    Il est vrai que les couts d'exploitation sont très élevés, l'exploitation d'une mine nécessitant de l'énergie, de la main d'oeuvre et du matériel pour extraire le métal, mais la principale raison du décalage tient au succès rencontré par les ETF qui sont indexés sur l'or et qui rencontrent un franc succès auprès des investisseurs. Du coup ces ETF font de l'ombre aux sociétés d'exploitation du métal précieux.

    Pourtant parmi ces sociétés se cachent quelques pépites nettement sous valorisées qui vont profiter de l'envolée des cours, parmi lesquelles Barrick gold, (CA0679011084 - ABX ) qui n'est autre que la plus grande compagnie d'extraction d'or au monde, très loin devant ces challengers.
    Le groupe se paye 12.5 fois son résultat net pour une structure bilancielle équilibrée. De plus, la rentabilité est au rendez vous puisqu'il dégage une marge nette de 33% et une marge opérationnelle de 43%. Elle capitalise environ 47 milliards de dollars canadiens pour un chiffre d'affaire de 12.48 milliards et une croissance du chiffre d'affaire entre 5 et 7%

    Le groupe a racheté dernièrement pour 5.2 milliards d'euros le producteur de cuivre australo-canadien Equinoxe ce qui va leur permettre de doubler la taille de leur production de métal rouge. Le groupe mise sur l'appétit gargantuesque de la chine, de l'inde et du brésil qui ont besoin de ce métal pour construire des infrastructures. Dans une interview au Echos, le PDG du groupe, Peter Munk estime que produire à la fois de l'or et du cuivre, est une combinaison qui permet de tirer son épingle du jeu dans tous les cas. Si la reprise économique se poursuit, la demande de cuivre va encore croitre tiré par les BRIC et faire grimper les prix. A l'inverse, si l'inflation, la crise de l'endettement des Etats se dégrade, l'or jouera à plein son rôle de valeur refuge. Dans les deux scénarios, ils sont gagnants.

    Les analystes sont positifs sur le dossier, 89% sont à l'achat avec un objectif de cours à 64$ ; Certains brokers comme Deutsche Bank vise 75 dollars sur la valeur, ce qui représente un potentiel de 74%.
    Barrick gold est coté à Toronto et aux Etats-Unis, mais nous vous conseillons de choisir la place canadienne car le dollar canadien est moins volatile que le dollar face à l'euro, ce qui limite les variations de changes. Le titre s'échange à 48.32$ CAD

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos