jeudi03novembre

Le fonds de secours de la zone euro doit rapidement être renforcé et doit attirer des capitaux de pays hors de la zone euro et d'investisseurs privés, a déclaré mercredi l'Institut de la Finance internationale, ou IFI (qui regroupe les institutions financières mondiales).

    Dans une lettre adressée au président français Nicolas Sarkozy à la veille du sommet du groupe des 20 plus grands pays industrialisés et émergents, le directeur général de l'IFI, Charles Dallara, salue l'accord conclu la semaine dernière sur l'augmentation de la capacité d'intervention du Fonds européen de stabilité financière, ou FESF.

    EN revanche les plans pour le FESF doivent être peaufinés et renforcés, notamment en s'efforçant d'attirer des capitaux de sources officielles hors de la zone euro et d'investisseurs privés, a déclaré C. Dallara.


    La Chine se dit prête à aider l'Europe, mais il y a au moins deux conditions", Si ces conditions sont remplies, on peut penser qu'un montant autour de 100 milliards de dollars n'est pas inconcevable", a déclaré un membre du Comité de politique monétaire de la Banque centrale chinoise.
    "La première, c'est être sûr que le Fonds européen de stabilité financière sera efficace, utile pour aider à stabiliser la situation européenne. Pékin veut donc s'assurer de la validité des mécanismes", a-t-il détaillé, ajoutant que "rien ne serait pire pour la Chine que de contribuer à quelque chose qui irait à l'échec".
    La deuxième "touche aux garanties offertes (...), car on ne peut pas exclure que l'affaire ne fonctionne pas. Est-ce que ces garanties seront offertes par des dettes sélectionnées, comme la française, et surtout l'allemande ?" s'interroge le responsable. Par ailleurs, "si la Chine investit et soutient l'Europe, il n'est pas irraisonnable qu'elle demande au minimum un peu plus de compréhension de ses intérêts", selon lui.

    En attendant que le FESF prenne le relais, il est essentiel que toutes les parties se rassemblent derrière le rôle toujours actif de la Banque centrale européenne sur le marché secondaire des emprunts d'Etat pour donner le temps aux mesures d'ajustement prises par les gouvernements de faire effet et de stabiliser les marchés, a-t-il ajouté.

A découvrir également

  • Les tensions inflationnistes compliqueront le financement des pépites de la tech
    24/06/2022
  • La médiatrice de l’AMF insiste sur le respect du délai d’instruction de la succession d’un PEA
    21/06/2022
  • Les gestionnaires interdits de facturer des commissions de mouvement à partir de 2026
    8/06/2022
  • Les bons résultats trimestriels des entreprises cotées n’effacent pas la volatilité des marchés
    25/04/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt