jeudi24novembre

Le Fonds monétaire international considère que les inquiétudes des marchés quant à la situation budgétaire du Japon risquaient d'entraîner une envolée brutale des taux des emprunts d'Etat japonais, ce qui pourrait rapidement rendre la dette du pays insoutenable et ébranler l'économie mondiale.

    Malgré une dette publique qui s'élève en effet à environ deux fois son produit intérieur brut annuel, le Japon est jusqu'à présent épargné par la défiance des marchés. En effet, contrairement à la dette de certains pays européens, celle du Japon est détenue à 95% par des investisseurs nationaux, ce qui explique que les obligations japonaises et leurs taux soient restés stables malgré la détérioration de la situation budgétaire du pays. Le marché de la dette japonaise s'est même plutôt bien porté dernièrement, la crise de la zone euro et la morosité des perspectives économiques mondiales ayant renforcé l'attrait des emprunts d'Etat nippons.

    Pourtant, le ratio dette publique/PIB est le pire des pays industrialisés, même comparé à celui de pays pris dans la tourmente de la crise de la dette européenne, comme l'Espagne et l'Italie.
    Les experts du ministère des Finances du Japon redoutent un évènement qui fasse basculer le pays dans un chaos budgétaire, mais le gouvernement tarde à agir en raison de sa réticence à augmenter les impôts, en particulier après le séisme du 11 mars.
    Selon le FMI, une hausse des taux des obligations d'Etat japonaises pourrait entraîner un retrait de liquidités sur les marchés de capitaux mondiaux, perturber les positions externes et, par un effet de contagion, créer des pressions haussières sur le rendement de la dette souveraine d'autres pays.


    Le FMI estime que les inquiétudes du marché quant à la soutenabilité budgétaire du Japon pourraient entraîner une envolée soudaine de la prime de risque des titres japonais, sans augmentation simultanée de la demande privée.
    Si la confiance des marchés s'érode, les autorités japonaises pourraient se trouver confrontées à un cercle vicieux composé de hausses de taux, de perte de confiance des investisseurs, d'une vulnérabilité accrue du système financier, d'une diminution de la marge de manoeuvre en matière de politique budgétaire et d'une contraction de l'économie réelle. Un phénomène déjà à l'oeuvre en zone euro.

A découvrir également

  • Image actualite 1
    TotalEnergies partage les recettes exceptionnelles des prix hauts de l’énergie avec ses actionnaires
    11/10/2022
  • Image actualite 2
    L’AMF entend réparer les dysfonctionnements du plan d’épargne en actions
    22/09/2022
  • Image actualite 3
    Pathé Gaumont officialise son projet d’IPO en 2024
    15/09/2022
  • Image actualite 4
    Les entreprises cajolent leurs actionnaires en 2022
    1/09/2022

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt