jeudi17novembre

Le taux de rendement de l'emprunt d'Etat espagnol à 10 ans a atteint un nouveau point haut historique. Lors de son adjudication, l'Espagne a placé 3.563 milliards d'euros sur une échéance 2022. Et le résultat est catastrophique puisque les taux espagnols dépassent le seuil des 7%, (7.088%) à 10 ans. Un taux record pour une émission de dette à 10 ans, signe d'une défiance réelle.

    Le constat est simple : La prime de risque exigée par le marché est insoutenable à long terme puisqu'elle rend difficilement contrôlable la trajectoire de la dette. Dans son sillage, l'obligation française de même maturité a pris 3 points de base à 3,72%; l'écart de taux avec le Bund à 10 ans s'est creusé de 13 points de base, à un point haut de 200 points de base alors que la France alloue pour sa part 7 milliards d'euros d'emprunts de différentes maturités dont les détails seront scrutés à la loupe.

    Les marchés actions amplifient leurs pertes. Paris recule de 1.26%, à 3026 points. Paradoxalement l'euro, qui a déjà beaucoup baissé, se maintient à 1.3454 face au billet vert.

    Pour enrayer l'envolée des taux, les solutions paraissent dérisoires. Le président de l'ABI, l'association des banques italiennes a déclaré que les banques italiennes n'appliqueront pas de frais pour l'adjudication d'emprunts d'Etat italiens prévue le 28 novembre, cherchant ainsi à promouvoir l'achat des titres de dette auprès des particuliers et à témoigner leur confiance dans les obligations du pays. "L'objectif peut paraître symbolique. [...] Ce qui compte, c'est un sens de l'engagement, le souhait explicite de contribuer à renverser une tendance avec laquelle nous ne sommes pas d'accord", a écrit Giuseppe Mussari, le président de l'ABI, en référence aux taux records enregistrés par les emprunts d'Etat italiens.

    Mais cette mesure risque d'être insuffisante pour apaiser les taux. Pour l'heure, seule la BCE a les moyens de soulager le marché obligataire en achetant des obligations.

    C'est en tout cas l'avis de Giuseppe Mussari qui conclut que " La zone euro a besoin d'une banque centrale qui soit semblable à celles des démocraties occidentales ".

A découvrir également

  • Les tensions inflationnistes compliqueront le financement des pépites de la tech
    24/06/2022
  • La médiatrice de l’AMF insiste sur le respect du délai d’instruction de la succession d’un PEA
    21/06/2022
  • Les gestionnaires interdits de facturer des commissions de mouvement à partir de 2026
    8/06/2022
  • Les bons résultats trimestriels des entreprises cotées n’effacent pas la volatilité des marchés
    25/04/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt