mardi29novembre

Rémy Cointreau grimpe de 3 % à 61,95 euros en Bourse de Paris après avoir délivré des comptes semestriels de très bonne qualité et surtout supérieurs aux attentes du Marché ! Les investisseurs trinquent à la santé du fabricant de spiritueux dont l'activité " Cognac " a signé une excellente performance sur les six premiers mois de son exercice décalé 2011/2012, notamment en Asie, une contrée qui raffole de cet alcool.

    Rémy Cointreau réalise un chiffre d'affaires semestriel de 474,9 millions d'euros en croissance organique de +18,1 % et un résultat opérationnel courant de 106,2 millions d'euros en progression organique de +30,7%. La marge opérationnelle gagne près de 3 points par rapport à l'année précédente et s'inscrit à 22,4%. Une publication qui ressort supérieure aux attentes de la part de Rémy Cointreau. Les quelques analystes financiers ayant publié des estimations pour ces comptes semestriels tablaient par exemple pour le bénéfice opérationnel courant sur une fourchette allant de 98,8 millions d'euros (Gilbert Dupont) à 104,4 millions (Oddo Securities) en passant par 100 millions pour Aurel-BGC. Ce dernier restait vendeur du dossier et avait confirmé la veille son objectif de cours de 46 euros.

    Cette performance a été obtenue grâce à une bonne dynamique commerciale dans toutes les régions du monde. Le groupe réalise à nouveau une remarquable progression en Asie et un bon développement aux Etats-Unis et en Europe. L'amélioration de la rentabilité s'appuie notamment sur la montée en gamme décidée par le groupe.

    La bonne tenue de l'activité " Cognac " se confirme donc sur le premier semestre. Avec une croissance de 26,5% de ses ventes sur la période, ce pôle fait figure de moteur pour l'ensemble du groupe Remy Cointreau. La Rémy Martin a enregistré une progression organique de 34,4% de son résultat opérationnel courant, qui passe de 71,5 millions d'euros à 91,2 millions d'euros. " Rémy Martin profite pleinement du fort dynamisme économique de l'Asie, particulièrement dans les marchés chinois où les qualités supérieures ont enregistré les meilleures progressions. L'Europe montre de bonnes performances, notamment en France, en Allemagne et en Russie. Aux Etats-Unis, bonne tendance de la demande sur les qualités supérieures. " explique le groupe.

    Les " Liqueurs & Spiritueux " affichent une croissance plus modeste à 10,5% en données organiques tandis que la progression de 9,1% en organique du chiffre d'affaires des Marques Partenaires provient du bon développement des ventes, principalement des scotch whiskies aux Etats-Unis. L'activité Champagne montre un bon développement aux Etats-Unis et une situation plus contrastée en Europe. Il est rappelé que la période de forte activité du champagne se situe au troisième trimestre.

    Ainsi, le résultat net s'inscrit en forte hausse à 47,5 millions d'euros contre 14,1 millions d'euros en 2010. Hors éléments non récurrents, le résultat net ressort à 61,5 millions d'euros, matérialisant ainsi une progression de +21,5%.

    Le groupe poursuit son désendettement avec une dette nette, à 114 millions d'euros, en forte baisse par rapport à septembre 2010 où l'endettement ressortait à 484,7 millions d'euros et mars 2011 (328,9 millions d'euros) Cette amélioration provient essentiellement de la cession de la branche Champagne. Le ratio bancaire de dette nette sur EBITDA est suit le même chemin, à savoir celui de la baisse et ressort à 1,06 à fin septembre 2011 alors qu'il était de 2,19 à fin mars 2011

    Sans donner plus de détails chiffrés, Rémy Cointreau dit anticiper une hausse " sensible " des résultats de son exercice annuel qui sera clos fin mars 2012. Toujours aussi prudent et évasif, le groupe de spiritueux " poursuivra sa stratégie offensive de montée en gamme et concentrera ses investissements sur le développement de ses marques internationales et les innovations ", " dans un environnement économique et monétaire incertain, notamment en Europe ".

    Du côté des brokers, Oddo reste acheteur du dossier à l'achat du broker et confirme le cours cible à 66 euros " malgré une valorisation élevée du dossier ". L'intermédiaire financier explique que les résultats ont été dopés par un fort effet de levier sur les cognacs.

    A découvrir également

    • Alignement des planètes ?
      4/09/2019
    • Haut ou bas ?
      27/08/2019
    • Du plomb dans l'aile...
      22/08/2019
    • Le nerf de la guerre...
      13/08/2019

    Archives

    Etre rappelé par un conseiller
    Nous envoyer un message
    Parlons Placement
    Nos placements
    PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
    Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
    SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
    DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt