jeudi16août

Partenaire officiel des JO, le géant allemand Adidas qui a investi 100 millions de livres dans l'événement sportif le plus médiatisé de l'année emporte la médaille d'or face aux marques concurrentes en nombre de médailles.

    Chez Nike, le leader mondial des articles de sport, on peut se réjouir d'avoir totalisé 162 médaillés sous contrats individuels. Mais, en terme de délégations nationales, c'est son challenger Adidas, numéro deux mondial, qui arrive en tête des olympiades de Londres, avec 226 médailles contre 117 pour l'américain.

    Adidas, la seule marque autorisée à associer son image à l'événement, a dépassé de loin ses concurrents en équipant près de 11 comités, dont le britannique (65 médailles), le français (34), l'australien (35) ou l'allemand (44), tandis que Nike, plus axé sur des sponsorings individuels ou par fédérations, n'équipait "que" les États-Unis qui ont tout de même rapporté 104 médailles, le Kenya et l'Estonie.

    Mais au jeu de la médiatisation, c'est Puma qui remporte la médaille d'or. Nettement devancé par ses deux géants mondiaux avec seulement 14 médailles, la marque au félin a bénéficié d'un coup de projecteur magistral grâce à ce que l'on nomme désormais " l'effet Bolt ". D'abord parce que près de 2 milliards de téléspectateurs dont 10 millions sur France 2 ont pu admirer l'Homme le plus rapide du monde remporté coup sur coup le 100 mètres, l'épreuve reine d'athlétisme, puis le 200 m, et le 400 m avant de conclure en apothéose en équipe avec le relais 4X100m.

    Ainsi, si les délégations jamaïquaine, ougandaise et grenadienne n'ont ramené que 14 médailles à la marque au félin, 12 ont été remportés par la seule Jamaïque. Et ces médailles avec des audiences records Un énorme coup de com' pour Puma qui en avait bien besoin étant donné que cette filiale du français PPR connaît un ralentissement en Europe et a revu ses objectifs à la baisse.

    D'autres marques ont également tiré leur épingle du jeu. C'est notamment le cas du russe Bosco, qui équipait la Russie, mais aussi l'Ukraine et l'Espagne dépassant même le géant américain Nike, avec 119 médailles. Le chinois Li Ning, qui équipait la Chine (87 médailles) et le japonais Asics numéro quatre mondial derrière Puma en chiffre d'affaires, qui totalise 72 médailles s'en sortent avec les honneurs.

    Une chose est sure, les jeux Olympiques ont été un franc succès commercial pour Adidas qui a équipé 3000 athlètes, mais aussi 2000 coaches et plus de 80.000 volontaires et officiels. Le groupe qui a pour ambition de " s'imposer devant Nike comme leader au Royaume-Uni et prouver qu'au-delà du football la marque est présente dans tous les autres sports représentés au sein des disciplines olympiques " a investi 100 millions de livres dans les JO. Mais ses ventes de produits dérivés des JO les ont déjà rentabilisés. Si le Royaume-Uni n'est encore que le 4ème marché d'Adidas en Europe, derrière la Russie, l'Allemagne et la France, son chiffre d'affaires s'est tout de même envolé, outre-Manche, de 24 % sur le premier semestre. "Ces performances nous ouvrent clairement la voie pour nous permettre de prendre le leadership du marché britannique avant 2015", s'est félicité Herbert Hainer, PDG d'Adidas, décidé à dépasser Nike qui cons erve une toute petite avance de 2% en part de marché

    Archives

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos