jeudi05avril

Quand le CAC monte ou baisse de 2%, les valeurs bancaires montent ou baissent de 5 ou 6%. En France, en Europe et même aux Etats Unis ce sont les valeurs bancaires qui ont été massacrées hier. Les analystes ont beau répété que les valeurs bancaires sont sous valorisées, la réalité est que personne ne sait répondre à cette question: que vaut réellement une banque?

    Dans la chute des indices boursiers hier, les valeurs bancaires ont été fortement attaquées
    Depuis Octobre, les valeurs bancaires avaient connu un rebond spectaculaire. Il faut dire qu'elles avaient été massacrées particulièrement en Europe et qu'elles étaient valorisées à la casse. L'aide de la Banque Centrale Européenne leur a permis de se refaire une santé boursière. Mais depuis quelques jours, c'est à nouveau le doute et le plongeon. En Europe, hier, les grandes banques ont baissé d'environ 5%, mais également aux Etats-Unis où une banque comme Bank of America a perdu 7% cette semaine pendant que Citrigroup perdait 4% hier. Avec une question qui revient sur le devant de la scène : que vaut réellement une banque aujourd'hui. Les analystes spécialisés ont beau répété qu'elles sont sous valorisées, elles paraissent toujours aussi dangereuses.

    Les inquiétudes sur les banques ne sont pas les mêmes des deux côtés de l'Atlantique
    Aux Etats-Unis la question qui se pose est : que vaut une banque si la Banque Centrale Américaine ne lui donne pas en permanence de l'argent gratuitement. Et ce sont les craintes sur l'absence de quantitative easing 3 qui ont fait plonger les cours. En Europe c'est différent. Les banques ont toujours leur mille milliards d'euros offerts par la BCE. Mais elles ont aussi sur leurs bilans des centaines de milliards de dettes souveraines de pays européens en difficulté. Et la question en Europe est : que vaut une banque européenne si les dettes sont à nouveau attaquées.
    Il y aussi les craintes sur le business model qui inquiète.
    Si les activités de banques de détail et de banques d'investissement sont séparées, et elles seront séparées car c'est le sens de l'histoire après tous les excès et les dérapages des dernières années, que vaudra une banque qui n'est plus qu'un groupe de distribution de crédits et de produits de placements. Si on applique aux banques les ratios de valorisation des secteurs de la distribution, et qu'elles deviennent les Carrefour ou Casino de la finance, elles ont peu de potentiel de rebond. Plus le temps passe et moins on a une idée claire de la valorisation d'une banque. En France, en Europe et même aux Etats-Unis. C'est ce qui explique l'extrême volatilité sur les cours des valeurs bancaires. Une volatilité qui ne risque pas de diminuer avant quelques mois, voire quelques années.

    Archives

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos