mercredi08février

Les certificats sont des titres financiers émis par des banques qui en assurent la liquidité. Les plus connus sont les warrants et les turbos mais les émetteurs proposent également d'autres types de produits, parfois moins risqués que les sous-jacents sur lesquelles ils sont indexés, et souvent plus rentables...

    Les certificats d'indexation

    Les certificats d'indexation sont des produits qui permettent de suivre les variations d'un sous-jacent sans effet de levier. Ils vous permettent de suivre simplement les variations d'un actif sur lequel on ne peut investir en direct comme un indice ou une matière première, un taux ou encore une devise.

    Les plus connus sont les certificats bull (appelés aussi 100% ou open-end) qui répliquent tout simplement les variations d'un sous-jacent. Ils permettent par exemple de miser sur l'ensemble des valeurs d'un secteur bien précis (santé, développement durable, ou encore luxe) sans investir sur toutes les valeurs, ou d'une matière première ou encore d'un taux de change, sans passer par des contrats à terme.

    Pour répliquer le sous-jacent, l'émetteur du produit va simplement acheter une certaine quantité du sous-jacent et émettre des parts indexées sur ce sous-jacent. La valeur d'un certificat est égale au cours du sous-jacent divisé par la parité.

    La parité est le nombre de turbos qu'il faut détenir pour avoir le droit d'acheter un sous-jacent. Par exemple, si le turbo a une parité de 1, 1 turbo est un droit d'acheter 1 sous-jacent au strike. Mais si le turbo a une parité de 10, alors 10 turbos permettent d'acheter 1 sous-jacent au strike.

    Par exemple un certificat adossé à l'Or à parité 10 pour 1 vaudra 170 ? si l'Or est à 1700 euros. Si l'Or vaut 1750 euros un peu plus tard, la valeur du certificat se sera appréciée de 5 euros (1750-1700)/10.

    Souvent, plus le prix du sous-jacent est élevé, plus la parité du certificat sera élevée. Cela permet aux particuliers d'investir sur un actif avec une mise de départ plus faible qu'un investissement en direct.

    Il faut faire attention à la devise du sous-jacent. Par exemple, un certificat coté en euros sur l'Or dépendra de l'évolution de l'Or et de la parité euro/dollar. En effet, comme l'Or est coté en dollar, s'il monte et que dans le même temps le dollar baisse par rapport à l'euro, alors le certificat pourrait baisser. Certains émetteurs ont créé des certificats quanto qui neutralisent les risques de change. Par exemple, lorsque le sous-jacent augmente de 1 dollar, un certificat quanto avec une parité de 1 augmentera de 1 euro.

    Les certificats bear, à l'inverse, permettent de gagner de l'argent lorsque le sous-jacent chute. Ils peuvent être employés dans une stratégie de couverture de portefeuille ou bien pour jouer la baisse d'un actif. La plupart des certificats bear sont en fait des turbos ayant un strike très éloigné qui leurs permettait d'avoir un levier de 1 au moment de leur création. Mais plus le sous-jacent monte (ou baisse) plus le levier augmente (ou diminue). Il faut donc toujours bien vérifier le levier du certificat


    Les certificats discount


    Les certificats discount ont pour caractéristique d'offrir un rabais par rapport à l'achat direct d'un sous-jacent. En contrepartie de cet avantage, le gain est limité à un maximum de remboursement.

    Par exemple le certificat discount Michelin G071Z peut être acheté 51.7 euros alors que l'action Michelin cote 54.95 euros actuellement. Le maximum de remboursement est fixé à 60 euros :

    - Si à l'échéance (Juin 2012) l'action Michelin vaut 55 euros le certificat sera remboursé 55 euros. L'opération sera dans ce cas particulièrement intéressante, puisqu'on aura gagné 3.3 euros alors qu'en achetant directement l'action le gain aurait été de 0.05 euros

    - Si à l'échéance l'action vaut 50 euros, le certificat sera remboursé 50 euros. On perd 1.7 euros mais on aurait perdu 4.95 euros en investissant dans l'action.

    - Si par contre à l'échéance l'action Michelin vaut 65 euros, on ne sera remboursé que le plafond fixé soit 60 euros. Mais le gain serait quand même de 15.9%

    Ces certificats sont particulièrement intéressants lorsqu'on anticipe une légère hausse du sous-jacent.


    Les certificats bonus

    Le certificat Bonus permet à l'investisseur de profiter de toute la hausse du sous-jacent avec une protection supplémentaire en cas de faible hausse du sous-jacent ou même de baisse modérée. En effet, il assure un rendement minimum garanti (le Bonus) à l'échéance si la borne basse fixée à l'émission du produit n'est pas atteinte durant la vie du Certificat.

    Mais si le sous-jacent baisse jusqu'à franchir cette barrière, le certificat est désactivé : il se comportera alors comme le sous-jacent et sera remboursé à la valeur de clôture du titre à l'échéance.

    Par exemple, le certificat Bonus Vivendi P857B peut être acheté à 16.62 euros tandis que Vivendi vaut 16.19 euros. Si, à l'échéance décembre 2012, Vivendi n'a pas touché la barrière située à 12 euros, et vaut par exemple 13 euros, vous recevez le bonus de 19 euros, soit 15.6% de gain. Par contre, vous ne touchez pas de dividende.

    A l'inverse, si Vivendi a touché 12 euros avant l'échéance et vaut par exemple 11 euros, vous touchez 11 euros, soit une perte de 33%, supérieure à la perte que vous auriez faite sur l'action, sans compter le dividende que vous ne recevez pas.

    Durant toute la durée de vie du produit, produit, le prix du certificat ne suit pas exactement l'évolution du cours du sous-jacent. D'autres paramètres entrent en jeu (volatilité, temps, niveau de la borne basse,...).


    Durant la durée de vie du produit, le prix du certificat ne suit pas exactement l'évolution du cours du sous-jacent. D'autres paramètres entrent en jeu (volatilité, temps, niveau de la borne basse,...). Voyons quelques exemples :

    - Le certificat Bonus K627B BNP a été émis en Novembre 2010 à un cours de 53.13 euros alors que dans le même temps BNP cotait 53.40 euros. Ce certificat a un bonus de 65 euros et une borne basse à 42 euros. Cette borne basse à été franchie le 3 Août 2011. Ce jour là, si BNP a perdu 4.28%, passant de 43.67 à 41.8 euros, le certificat a lui perdu 11.45%, passant de 44.99 à 39.84 euros. Aujourd'hui, il cote 35.4 euros contre 36.64 euros pour l'action. L'échéance est en Juin 2012

    -Le certificat Bonus S516B Vinci a été émis en Décembre 2011 à un cours de 33.85 euros contre 34.50 euros pour l'action. Ce certificat a un bonus de 38 et une barrière à 24.5. Depuis, le cours de Vinci a bien monté et l'action cote 37.53 euros alors que le bonus cote 38.13 euros. Le Bonus vaut plus que l'action car il offre une sécurité supplémentaire (38).

    - Le certificat Bonus M509B Vivendi a été émis en Avril 2011 à un cours de 20.11 euros contre 20.55 euros pour l'action. Il se caractérise par une barrière de sécurité à 14 euros et un niveau Bonus de 24 euros. Aujourd'hui, Vivendi vaut 16.38 euros, soit une baisse de 20%, mais le certificat vaut 18.27 euros, soit une baisse de " seulement " 9%. Il faut dire que la barrière est encore éloignée et que l'échéance (Septembre 2012) se rapproche)

    Le cours d'un certificat bonus dépend du cours du sous-jacent, des dividendes espérés, de l'échéance et de la proximité d'une des deux bornes.

    Il existe des variantes : les bonus cappés sont des certificats bonus dont le rendement est limité au niveau bonus, même si le sous-jacent est au dessus de ce niveau à l'échéance. Le prix d'un bonus cappé sera donc moins cher qu'un bonus classique mais en contrepartie, la performance maximale est limitée.
    Les reverses bonus cappés fonctionnent à l'inverse des bonus cappés, c'est-à-dire que l'investisseur reçoit le niveau bonus si la barrière haute n'a pas été franchie.


    Les certificats cappés ou floorés


    Les certificats cappés ou floorés se caractérisent également par une borne haute et une borne basse. Ils permettent de jouer une hausse ou une baisse modérée du sous-jacent

    Ces produits sont des produits très spéculatifs car l'investisseur perd tout si le sous-jacent termine sous la borne basse (pour un cappé) et au dessus de la borne haute (pour un Flooré). Ce sont des produits à effet de levier dont le gain serait supérieur au sous-jacent en cas de bon pari, surtout lorsque les variations du sous-jacent ont été d'ampleur modérée.
    Ils permettent donc de jouer une légère hausse ou baisse, voir une stabilité du sous-jacent.

    Le gain maximum d'un certificat correspond à la différence entre la borne basse et la borne haute. Il est donc connu dès l'achat du certificat.

    Pour un certificat Flooré, à l'échéance:
    -Si les cours du sous-jacents termine au dessus de la borne haute : la valeur du certificat est nulle.
    -Si les cours du sous-jacents termine entre les deux bornes : le gain correspond à la différence entre la borne haute et le cours du sous-jacent à l'échéance.
    -Si les cours du sous-jacents termine sous la borne basse : le gain correspond à la différence entre la borne haute et la borne basse. Il s'agit du remboursement maximum

    Pour un certificat Cappé, à l'échéance :
    -Si les cours du sous-jacents termine sous la borne basse : la valeur du certificat est nulle.
    -Si les cours du sous-jacents termine entre les deux bornes : le gain correspond à la différence entre le cours du sous-jacent à l'échéance et la borne basse.
    -Si les cours du sous-jacents termine au dessus de la borne haute : le gain correspond à la différence entre la borne haute et la borne basse. Il s'agit du remboursement maximum

    Prenons l'exemple du certificat flooré H210Z. C'est un certificat flooré 3400/3600 sur le CAC avec une échéance Mars 2012. Le prix d'acquisition de ce certificat est de 118 pour un CAC40 à 3425 points.
    A l'échéance, plusieurs cas peuvent se présenter :
    -Le CAC 40 termine au dessous de 3400 points, 3300 points par exemple. L'investisseur touche alors la différence entre les deux bornes, soit 200? et un gain de 69% pour une baisse de 3.6% de l'indice
    -Le CAC termine entre les deux bornes à 3425 points. L'investisseur reçoit 175?, soit un gain de 48% pour une stagnation de l'indice.
    -Le CAC termine à 3500 points. L'investisseur reçoit 100 ?, soit une perte de 15% pour une hausse de 2.2% de l'indice
    -Le CAC termine au dessus de 3600 points, l'investisseur perd l'intégralité de son investissement.

    Il existe également une variante : Les certificats Cappés+ et Floorés + sont remboursés au maximum de remboursement dans deux configurations : non seulement si le sous-jacent termine au dessus de la borne haute (pour un cappé) et au dessous de la borne basse (pour un flooré), mais aussi s'il termine entre les deux bornes, dès lors qu'il na jamais touché la borne basse (pour un cappé) ou la borne haute (pour un flooré) en cours de vie. Le certificat cappé+ offre donc une marge de sécurité supplémentaire par rapport au certificat Cappés et Floorés de bornes équivalentes.

    Archives

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos