mercredi04juillet

Le verdict est tombé mardi. Le tribunal de commerce de Dijon a donc placé les sept filiales du groupe Belvédère qui faisaient l'objet d'un plan de sauvegarde en redressement judiciaire.

    Les sept sociétés concernées sont les suivantes : Marie Brizard et Roger International., Sobieski, Destylarnia Sobieski, Destylernia " Polmos " w Krakowie, Sobieski Trade, Domain Menada et Fabryka Wodek " Polmos " Lancut.

    " Ce faisant, ces sociétés qui abritent des actifs stratégiques du groupe sont ainsi protégées. " explique Belvédère. Par ailleurs, " cette procédure leur permettra de participer aux opérations de réalisations d'actifs actuellement en cours ainsi qu'au désendettement ce qui reste l'objectif prioritaire du groupe ", ajoute la direction.

    Le groupe Belvédère est l'un des leaders de la production et de la commercialisation de boissons alcoolisées. 70% du chiffre d'affaires est réalisé via la vente de spiritueux, tels que la Vodka, le Pastis ou encore le Gin. Tandis que 21% de l'activité est réalisée via la vente de vins

    La spéculation sur l'action Belvédère avait relancée ces derniers mois, dans l'optique de cessions d'actifs visant à réduire le lourd endettement de l'entreprise. En avril dernier, Krzysztof Trylinski avait affirmé que le groupe avait l'intention de " rembourser toutes [ses] dettes le plus vite possible ", lors d'une interview accordée à l'agence Reuters. Fin février, des rumeurs de mise en vente de la marque de vodka Sobieski avaient tourné, la presse évoquant alors de nombreux prétendants, dont certains avaient accepté de signer des engagements de confidentialité. Brown-Forman, qui détient déjà le bourbon Jack Daniel's ou la vodka Finlandia n'avait pas hésité à avancer une valorisation de 650 millions d'euros pour la marque de vodka de Belvédère, en difficultés financières du fait d'un endettement trop lourd.

    Un long feuilleton judiciaire

    Ces deux événements ne sont que les derniers épisodes d'un long feuilleton judiciaire qui oppose depuis quatre ans le groupe, septième producteur mondial de vodka, à ses créanciers. Depuis juillet 2008, Belvédère est placé sous procédure judiciaire de sauvegarde pour rééchelonner sur dix ans une dette de plusieurs centaines de millions d'euros. Mais les créanciers du groupe ne l'avaient pas entendu de cette oreille et étaient farouchement opposés à cette décision de justice. Selon les créanciers de l'entreprise en difficulté, cette décision " n'était dans l'intérêt ni de l'entreprise, ni de ses porteurs de titres " et qu'elle était " totalement inutile, dans la mesure où de claires alternatives viables existaient pour l'entreprise ". Exsangue, la société avait envisagé de se défaire de Marie Brizard, le spécialiste de l'anisette acquis mi-2005 pour désendetter rapidement. Mais il n'en fut rien... Un an plus tard, tel un serpent de mer, la rumeur d'une cession de Marie Brizard par Belvédère était à nouveau sur le tapis, étayée cette fois par les syndicats du groupe de spiritueux...Mais non, aucune cession de cette marque stratégique n'était pas à l'ordre du jour... En septembre 2010, le groupe de spiritueux avait que le processus de cession de Marie Brizard avait pris un nouveau retard. Cédera, cédera pas ? Telle est la question que se pose la communauté financière... De procédures de sauvegarde, en procédure de sauvegarde, l'aventure Belvédère se poursuivait tant bien que mal. La situation s'est envenimée début 2011 quand les créanciers de Belvédère, représentés par la banque américaine New York Mellon, ont saisi la justice française, estimant que le groupe ne respectait pas le plan de sauvegarde négocié en 2008, dont la cour d'appel de Dijon a sonné le glas le 7 juin. Et en septembre 2011, le feuilleton judiciaire prit une nouvelle tournure. Le groupe a été placé en redressement par le Tribunal de Commerce de Nîmes. Une conversion qui fait suite à la cessation de paiements de Belvédère alors que le groupe escomptait une nouvelle procédure de sauvegarde. Début janvier, la même juridiction a renouvelé la période d'observation du redressement judiciaire de la société jusqu'au 16 juillet prochain.

    Grosses incertitudes sur le titre Belvédère

    Il n'est donc pas étonnant qu'il existe de grosses incertitudes sur le titre Belvédère qui reste malmené par les tribunaux et traine un passif de plus de 500 millions d'euro. A la fin 2007, le titre cotait encore 150 euros (!) et a même signé un plus haut sur les 200 euros en juillet 2007. Cet état de grâce prit fin après ce sommet. Depuis, l'action n'a cessé de trinquer en Bourse sur fonds de comptes dégradés coupellés à un fort endettement du groupe... Le titre est très volatil car évoluant au gré des décisions de justice concernant l'avenir de Belvédère. Sur la fin de l'année 2008, le dossier végétait sur les 20 euros avant d'évoluer dans un couloir compris entre les 25 et 50 euros, sur l'année 2009. En octobre 2010, le titre avait touché un plus bas à 20 euros. Depuis, le titre connait une forte volatilité : après être passé au dessus des 70 euros sur le premier tiers de l'année, il se retrouve actuellement à proximité des 50 euros.

    A découvrir également

    • Alignement des planètes ?
      4/09/2019
    • Haut ou bas ?
      27/08/2019
    • Du plomb dans l'aile...
      22/08/2019
    • Le nerf de la guerre...
      13/08/2019

    Archives

    Etre rappelé par un conseiller
    Nous envoyer un message
    Parlons Placement
    Nos placements
    PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
    Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
    SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
    DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt