mercredi20juin

Depuis deux semaines, l'action Geci International est toujours suspendue de cotation " dans l'attente de la publication d'un communiqué ", selon la formule consacrée. Les actionnaires attendent oui, et s'impatientent alors que l'incertitude plane toujours sur le " Skylander ", le projet phare de la PME.

    Derrière les coulisses, les négociations se poursuivent entre le groupe d'ingénierie et différents interlocuteurs publics et privés pour le financement de l'avion muti-usages de la société de Serges Bitboul. Mais dans ce flou le plus total, le journal ?Les Echos' daté de la veille, apporte quelques éclaircissements dont un communiqué interne adressé aux salariés le 14 juin dernier. Dans cette missive, Serge Bitboul, se veut rassurant en expliquant que " [le] dossier est maintenant suivi par les nouvelles autorités de l'Etat ". D'après les informations du quotidien financier, le dossier serait effectivement en cours d'instruction au cabinet d'Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif. Aussi, le pilote de Geci Aviation a aussi assuré que des " financiers américains qui participent au tour de table " auraient " confirmé leur engagement à la sphère publique ", de même que " les fonds d'investissements privés Air Invest ". Pour le dirigeant, ce n'est qu'une question de semaines, il est convaincu que ces investisseurs mystères vont honorer leurs engagements.

    C'est que les multiples retards émaillant le projet Skylander mettent en péril l'avenir de la société. En avril dernier, un rapport d'audit réalisé à la demande du Fonds souverain d'investissement (FSI) avait fait apparaître un besoin de financement, jusqu'aux premières livraisons du Skylander, de l'ordre de 200 millions d'euros. Et selon l'association Adic-Geci, qui défend les contribuables lorrains, français et européens contre l'utilisation de dépenses publiques visant à soutenir le projet " Skylander ", citée par ?Les Echos', l'entreprise ne disposerait plus que de " un ou deux mois " de trésorerie après l'accord de financement conclu le 25 avril dernier avec la société de capital-risque américaine Yorkville.

    C'est qu'après l'échec du protocole d'accord initial signé en février 2012 entre l'Etat, Geci International, la région Lorraine et des investisseurs privés, le groupe devait obligatoirement trouver une nouvelle source de financement pour mener à terme ce projet. Alors, Ya Global est apparu comme le nouveau chevalier blanc du groupe Geci International. Comme prévu en septembre 2011, le fonds d'investissement américain Yorkville Global Advisors Yorkville s'est engagé à apporter au groupe d'ingénierie aéronautique un financement en fonds propres de 9 millions d'euros. Il s'agit d'une augmentation de capital réservée sous forme d'un contrat de financement en fonds propre ou " facilité de tirage " consistant en l'émission d'actions nouvelles à la demande de Geci international par tranches d'un montant maximal de 1,5 million d'euros.

    Le groupe ajoute que cet accord fera l'objet de tirages immédiats, afin de couvrir, pour partie, les besoins en trésorerie du Programme Skylander, de l'ordre de 2 millions d'euros mensuels a minima, et ce tant que les négociations en cours, destinées à son financement, ne sont pas abouties. Aux cours et volumes de transaction actuels, et dans les conditions de l'accord signé, l'accord permettra à Geci d'obtenir environ 6 millions d'euros sur les quatre prochains mois. Trois eu tirages ont eu lieu depuis le 26 avril : un le 3 mai pour 249 998,61 euros, le second le 24 mai pour un montant de 749 999,13 euros, et le dernier en date, le 29 mai pour de 185 275 euros.

    Selon, les informations du quotidien économique, une rencontre aurait eu lieu le 13 juin avec les représentants américains de Yorkville Finance. Mais Junanville Finance, la maison mère du fonds Air Invest, mentionné par Serge Bitboul dans son courrier interne, a formellement démenti l'existence de ces tractations.

    Depuis le premier janvier, le titre Geci International a progressé de 31%. Mais derrière cette performance plus qu'honorable, le dossier sera en proie à de violentes variations tant que le projet Skylander ne sera pas mis enfin sur pied. Difficile de le croire après la récente déconvenue liée au rejet du protocole signé entre l'Etat, la région lorraine, des investisseurs privés et Geci International, pour le financement du programme Skylander. D'autant plus qu'il est très rare qu'un projet aéronautique n'affiche pas de retards. Pour le Skylander c'est le cas, en plus de soucis techniques qui viennent entacher le début de la carrière commerciale du nouvel appareil.

    Archives

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos