jeudi07juin

Quelques semaines après fait l'acquisition du numéro cinq mondial de la nutrition infantile, Pfizer Nutrition, pour 9 milliards d'euros, le géant suisse Nestlé renforce sa présence en Chine en inaugurant un Institut d'élevage laitier. Une inauguration qui permet au géant Suisse de renforcer sa présence sur le marché laitier Chinois, en pleine phase de décollage.

    D'ailleurs, l'acquisition de Pfizer Nutrition, dont 85 % des ventes sont réalisées dans les pays émergents à forte croissance, permet à Nestlé de renforcer d'une part sa position dans le secteur de la nutrition infantile et d'autre part, de mieux pénétrer les marchés à forte croissance.
    Le géant suisse, qui réalisait jusqu' à présent 20% de son chiffre d'affaires sur le segment laitier semble faire du marché chinois de la nutrition infantile une priorité stratégique. Grace à l'acquisition de la branche infantile de Pfizer, pour la somme, faut-il le rappeler, de 9 milliards d'euros ou 11,85 milliards de dollars, la Chine est devenue le second marché des produits laitiers du géant Suisse.
    Car si l'empire du milieu se classe encore au 47ème rang des pays pour la consommation par habitant de produits laitiers, le marché du lait chinois est en pleine phase d'expansion. Entre 2011 et 2016, les analystes prévoient que ce secteur devrait encore augmenter de 80%, signe que le marché n'a pas encore atteint sa phase de maturité alors que le développement des capacités chinoises commence tout juste à prendre son essor, en témoigne l'inauguration de l'institut laitier, qui met l'accent sur la formation des exploitants agricoles. En effet, depuis le scandale du lait à la mélanine, la demande de produits de haute qualité a explosé, une opportunité fantastique pour les compagnies agro-alimentaires qui se sont engouffrées sur le marché chinois.
    En dépit d'un quadruplement des importations entre 2008 et 2010, la capacité de production est encore loin d'être insuffisante. Dans certains secteurs, comme celui des poudres maigres, l'offre manque cruellement, et ce malgré l'abaissement des droits de douane sur le lactosérum qui sont passés de 6 à 2%.
    Un relai de croissance significatif pour le Suisse qui admettait à l'occasion de sa publication trimestrielle le 20 avril dernier que " l'environnement commercial est morose sur les nombreux marchés développés où la confiance des consommateurs est faible, tandis que dans la plupart des marchés émergents, les conditions restent dynamiques et riches en opportunités de croissance ".

    Archives

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos