jeudi15novembre

L'annonce des mesures destinées à financer le choc de compétitivité a crée une onde de choc chez les consommateurs. Ces derniers ont en effet peu goûté à l'annonce d'un relèvement du taux de TVA normal à 20% contre 19,6% et du taux intermédiaire de 7% (applicable notamment à la restauration) à 10%, à compter du 1er janvier 2014. Pour 62% des Français, la " TVA compétitivité" n'est pas " justifiée " selon le baromètre CSA pour 'Les Echos'. Mais ce sondage ne fait pas mention de la baisse du taux minimal de 5,5 à 5% appliqué aux produits de " première nécessité " comme les produits alimentaires de base, afin de ne pas pénaliser les ménages les plus modestes.

    Mais qu'en est-il pour les sociétés cotées ? Quels groupes seront les grands gagnants ou les grands perdants de ces modifications de taux de TVA ?

    Les secteurs de l'hôtellerie-restauration, du bâtiment et des services à domicile seront en première ligne de ce tour de vis fiscal. Ils seront concernés par le passage du taux intermédiaire de 7% à 10%, à compter du 1er janvier 2014. Concrètement pour le consommateur, la note devrait en théorie, augmenter de 2,8%. Déjà que les consommateurs désertent les restaurants sur fond de crise, l'activité risque bien de ralentir... Pour Groupe Flo qui possède entre autre la chaine de restaurant Hippopotamus ou Bistro Romain, cette mesure va impacter la marge d'exploitation. A moins que la fréquentation soit au rendez-vous et là, le groupe pourrait se permettre de passer la hausse de la taxe sur les prix sur la carte. Dans le secteur du divertissement, Gaumont, Lagardère et les hôteliers (Accor, Club Med etc.) pourraient également faire grise mine. Les salles sombres et autres destinations de rêves seront moins attractives avec un taux de TVA relevé.

    Les professionnels du bâtiment ont également crié leur colère lors de l'annonce du passage du taux de TVA à 10% au 1er janvier 2014 pour les travaux d'entretien et de rénovation de logements. Pour la Fédération française du bâtiment, " cette hausse aura des effets catastrophiques sur l'activité et sur l'emploi, provoquant inévitablement un retour massif du travail au noir. " et entraînera " la perte d'au moins 20 000 emplois ". Elle a également demandé " avec fermeté que le nouveau taux réduit de 5 % s'applique aux travaux sur le logement. " VM Matériaux, qui accuse une perte de plus de 35% depuis le début de l'année ou les spécialistes des menuiseries sur mesure Huis Clos ou Somfy devraient voir le carnet de commandes se réduire.

    Le secteur des services à la personne (garde d'enfants, accompagnement d'une personne âgée dépendante ou handicapée, soutien scolaire, entretien de la maison, portage des repas, jardinage, petit bricolage, etc.) devrait faire les frais de cette nouvelle mesure comme Acadomia le spécialiste du soutien scolaire coté sur le Marché Libre. Avec une TVA relevée de 3 points, la rentabilité déjà très faible de ces activités pourrait tout bonnement être annulée.

    En revanche, l'abaissement à 5% de la TVA pour les produits de première nécessité (alimentation énergie), devrait faire les affaires des fournisseurs d'énergie (GDF Suez, EDF) mais aussi de la grande distribution (Casino, Carrefour). Comme le dit si bien l'adage, le malheur des uns, fait le bonheur des autres.

    Archives

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos