mardi30octobre

Burelle a mis la gomme au troisième trimestre, soutenu par sa filiale qui n'est tout autre que...l'équipementier automobile Plastic Omnium.

    Le chiffre d'affaires consolidé s'est établi à 1,128 milliard d'euros au troisième trimestre, en hausse de 9% portant à 3,52 milliards d'euros les ventes du groupe au 30 septembre. La progression est de 15,2 % en données publiées et de 8,6 % à taux de change et périmètre constants.

    Ce n'est pas vraiment une surprise en soi, les ventes de Burelle ont été une nouvelle fois portées par le dynamisme de la Compagnie Plastic Omnium, filiale à 55,1% du holding. Les activités automobiles de la Compagnie Plastic Omnium se sont en effet appréciées de 9,5% à taux de change et périmètre constants alors que la hausse de la production automobile mondiale est de 7,6%.

    Du point de vue géographique, l'activité a été " particulièrement soutenu[e] " en Amérique du Nord et en Asie, ces deux zones représentent à elles seules 43% du chiffre d'affaires consolidé de Burelle SA au 30 septembre 2012.

    Pour la suite de l'exercice, la direction n'a pas dévoilé des perspectives chiffres. Le groupe de Laurent Burelle indique que " les perspectives du groupe Burelle pour l'exercice 2012 sont soutenues par la Compagnie Plastic Omnium ". La filiale de Burelle prévoit de " surperformer à nouveau la production automobile mondiale attendue en progression de plus de 5% sur l'année. "

    Pour ceux qui suivent le dossier, Burelle rime souvent avec...décote ! Avec un bénéfice net par action de 57,20 euros et un cours de Bourse de 180 euros, le PER ressort à...3,14 ! Ce qui est peu cher et traduit ainsi la forte décote de Burelle. Le holding détient 55% de Plastic Omnium dont la capitalisation ressort à 1,109 milliard d'euros, ce qui représente une quote-part de 610 millions d'euros. Il faut rajouter également la détention de bureaux et de parkings via la Sofiparc (gestion d'actifs immobiliers), et en déduisant l'auto-contrôle et la dette, l'actif net réévalué ressortirait autour des 420 euros par action...soit plus du double du cours du titre Burelle! Ainsi, la décote revient à 57% un écart qui s'est creusé depuis le mois de mars, le titre étant même tombé sous les 170 euros en juillet dernier.

A découvrir également

  • Les bons résultats trimestriels des entreprises cotées n’effacent pas la volatilité des marchés
    25/04/2022
  • Le marché des introductions en Bourse plombé par la guerre en Ukraine
    14/04/2022
  • Les marchés obligataires en effervescence dans la zone euro
    13/04/2022
  • Flambée des cours de l’or depuis le mois de février
    24/03/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt