jeudi13septembre

Groupe Partouche se couche après avoir renoncé à ses objectifs annuels suite à une activité trimestrielle inférieure aux attentes.

    Le titre revient sous les un euro et retrouve ainsi le club peu convoité des " penny stocks ", c'est-à-dire des valeurs cotant moins d'un euro. C'est que le Marché n'a pas été très satisfait des performances affichées par le casinotier à l'issue de son troisième trimestre 2011/2012. Groupe Partouche a vu son chiffre d'affaires baisser de 7,7% à 112,8 millions d'euros, pénalisé par la dégradation de l'activité des jeux. Le Produit Brut des Jeux (PBJ) a en effet reculé de 8,4% à 168,5 millions (après -5,5% au deuxième trimestre et +2,1% au premier trimestre). Un recul des produits des jeux qui devrait se répercuter sur la rentabilité du groupe.

    Pour mémoire, le résultat opérationnel courant du groupe s'est contracté de 20,18% au premier semestre pour ressortir à 19,8 millions d'euros contre 24,9 millions d'euros au premier semestre 2011. Malgré les efforts permanents de contrôle des charges, le groupe, et plus particulièrement ses filiales casinos, avait vu sa rentabilité opérationnelle courante sur la période altérée par l'impact de la baisse d'activité. C'est que le casinotier doit faire face à une nette baisse de la fréquentation dans ses casinos alors que la crise économique et l'interdiction de fumer dans les lieux publics n'incitent pas les clients à franchir les portes des ses établissements. Groupe Partouche évolue ainsi dans un contexte qui ne l'aide pas à redresser les comptes.

    Alors pour essayer de limiter la casse, l'exploitant de casinos a procédé à la fermeture ou à la cession d'établissements déficitaires en plus d'un plan de réduction de coûts et d'investissement. Le but étant de réduire l'impact en rentabilité des baisses des produits de jeux. Groupe Partouche indique que " ceux-ci semblent se stabiliser depuis la fin du dernier trimestre. " Mais cette politique semble être insuffisante alors que la montée en puissance de son activité jeux en ligne tarde. Ainsi, Partouche Interactive a travaillé cette année sur une révision globale de son offre de poker en ligne (site classique, site pour mobile, application de jeu pour tablette et mobile) et notamment sur la refonte technique du software de poker, avec un nouveau produit disponible depuis le 5 juin. Par ailleurs, Groupe Partouche, qui a investi 6,1 millions d'euros pour la construction du Pasino de la Grande Motte, espère rentabiliser son investissement rapidement avec l'ouverture de cette nouvelle structure début juillet.

    Comme redouté au premier semestre, l'évolution du produit brut des jeux du troisième trimestre et son impact sur la rentabilité mesurée à travers l'EBITDA ont conduit le groupe à renoncer à ses objectifs pour l'année 2012, l'amenant à une " révision prochaine de ce Plan d'affaires " officialisé par le groupe en avril 2011. Groupe Partouche précise également qu'il " considèrera ultérieurement la possibilité de communiquer de nouvelles prévisions. "

    A moins d'un euro, l'action Groupe Partouche se traite à ses plus bas historiques. Le Marché n'est plus tendre avec le groupe qui enchaîne déceptions sur déceptions. Le titre a vu sa valeur fondre de 10 fois en... 10 ans ! L'année 2007 avait été un grand cru pour Groupe Partouche avec un titre qui évoluait entre 15 et 20 euros. Depuis cette période bénie, le dossier n'a cessé de subir la défiance des investisseurs, avec la crise économique qui n'a pas manqué d'impacter les comptes du groupe. Même à ces cours bradés, il y a encore peu de chance que le titre reprenne de l'attitude faute de catalyseurs à la hausse. Notamment avec le profit warning lancé par le casinotier ce jour...

    Archives

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos