vendredi07septembre

NicOx, le titre qui a engrangé 164% depuis le début de l'année, connaît une nouvelle étape dans sa vie boursière. Le conseil scientifique des Indices de NYSE Euronext a pris la décision d'intégrer la " biotech " dans le SBF 120 ainsi que dans l'indice CAC Mid 60 avec Medica, Thales, et Vilmorin. Une consécration pour la petite société qui ne pèse que 190 millions d'euros en Bourse, jusqu'alors présente sur l'indice CAC Small.

    Pour rappel, NicOx a dégagé 7,5 millions d'euros de chiffre d'affaires au 1er semestre 2012, alors qu'il n'en avait réalisé aucun un an avant. L'intégralité des revenus correspond au paiement d'étape ponctuel de 10 millions de dollars, l'équivalent de 7,5 millions d'euros, versé par Bausch + Lomb en avril 2012, suite à la décision de poursuivre le développement du BOL-303259-X. La perte nette est ramenée à 0,4 million d'euros. La trésorerie ressortait au 30 juin à 88,5 millions d'euros, contre 93,1 millions d'euros six mois avant.

    Le laboratoire reste engagé dans le processus de transformation vers une entreprise spécialisée dans l'ophtalmologie. Le groupe avait acquis récemment auprès de RPS les droits mondiaux d'un portefeuille prometteur de tests diagnostiques oculaires, avec un objectif de commercialisation d'AdenoPlus d'ici la fin de l'année. Au 30 juin 2012, NicOx disposait d'une trésorerie et d'équivalents de trésorerie de plus de 88 millions d'euros, " ce qui positionne [NicOx] favorablement pour poursuivre [ses] investissements dans des cibles commerciales ou à un stade de développement avancé en ophtalmologie ", a avait expliqué le directeur financier Eric Castaldi à l'occasion des résultats semestriels de la biotech.

    Le recentrage de la " biotech " sur l'ophtalmologie est plus qu'impératif après le cuisant échec de son composé phare naproxcinod. NicOx avait décidé, l'an passé, de retirer le dossier de demande d'autorisation de mise sur le marché de son anti-inflammatoire naproxcinod en Europe, déposé auprès l'Agence Européenne des Médicaments en décembre 2009. Ce retrait reposait sur l'avis négatif du Comité des médicaments à usage humain sur le naproxcinod. Mais tout n'est peut être pas perdu pour ce candidat-médicament. En avril dernier, NicOx avait rencontré l'agence américaine du médicament (FDA) concernant la possible utilisation de son ancien composé phare sa version 375 mg deux fois par jour pour le traitement des signes et symptômes de l'arthrose du genou, dans le cadre d'un éventuel nouveau dossier de " New Drug Application " (NDA) qui nécessiterait des données cliniques additionnelles préalables à sa soumission. Ce n'était pas la première fois que NicOx passait devant la FDA. En juillet 2010, le composé avait été recalé par l'autorité américaine, ce qui avait constitué une douche froide pour l'entreprise et ses actionnaires.

    En parlant des petits porteurs, NicOx leur a donné des sueurs froides. Le titre est soumis à de fortes variations, au gré des attentes ou des espoirs déçus. Le dossier avait touché un plus bas historique à 0,71 en décembre 2011. Une baisse qui n'est pas étrangère à l'annonce du plan de licenciement de NicOx avec plus d'un tiers de ses salariés avaient dû quitter l'entreprise. Raisons invoquées par la direction : optimiser au mieux ses ressources de trésorerie. Pourtant, il y a un plus de dix ans, le titre NicOx se traitait sur les 60 euros. C'est que depuis sa création par des Italiens en 1996, la start-up n'a pas mis un seul produit sur le marché. Et la patience des actionnaires, a des limites, ces derniers étant excédés par ces errements stratégiques. Le recentrage de NicOx sur l'ophtalmologie marqué par ses dernières emplettes sauvera-t-il la jeune pousse ? Il faudra attendre la mise sur le marché du test diagnostique ophtalmique AdenoPlus pour en avoir le coeur net.

    Archives

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos