lundi17septembre

Le feuilleton de la renégociation de la lourde dette de PagesJaunes se poursuit avec comme nouvel épisode en date, le feu vert accordé par les créanciers obligataires de PagesJaunes Finance en vue de modifier la documentation relative à la modification de la documentation relative aux 350 millions d'euros d'obligations Senior 8,875% à échéance 2018. PagesJaunes pourra ainsi disposer de l'option de faire désigner le cas échéant un mandataire ad hoc.

    Le mandataire désigné assisterait PagesJaunes dans ses négociations avec ses prêteurs pour proroger les maturités de la tranche de dette A1 de 638 millions d'euros et du crédit revolving de 300 millions venant à échéance en novembre 2013 jusqu'en septembre 2015 et ceci sans déclencher de cas de défaut prévu par la documentation obligataire. Cependant, le spécialiste de la publicité et d'information locale confirme qu'il n'a pas encore décidé à ce jour s'il allait demander la désignation d'un mandataire ad hoc, qu'il n'a pas pris de mesures pour en nommer un. Le groupe signale également qu'il respecte jusqu'à présent les obligations relatives à sa documentation bancaire et obligataire.

    Ainsi, PagesJaunes explique s'engager à verser une commission aux créanciers qui ont consenti et qui n'auraient pas revu leur consentement avant la date d'expiration du 21 septembre 2012.

    La situation financière de PagesJaunes reste en effet encore la grande source d'inquiétude pour ses actionnaires. Lourdement endetté, le groupe a vu son flux de trésorerie net refluer de plus de 20% l'an dernier à 197,4 millions d'euros, grevé notamment par l'augmentation du coût de sa dette et à la baisse de la marge brute opérationnelle. La dette nette ressortait à 1,76 milliard fin juin 2012.. Une situation qui a été héritée du rachat de PagesJaunes par KKR à France Telecom, par LBO, c'est-à-dire une reprise en ayant recours au levier de l'endettement. Les dividendes de la cible sont censés rembourser la dette contractée par la holding de reprise, en l'occurrence KKR Mais ce montage financier ne s'est pas déroulé comme prévu, le groupe tarde à compenser le déclin de son activité d'annuaires imprimés par l'essor de son activité Internet. Alors pour enrayer l'hémorragie, PagesJaunes a engagé en début d'année des discussions avec ses banques créancières afin de restructurer une dette qui fragilise de plus en plus son bilan...

    La transformation du groupe vers le tout internet prend donc beaucoup plus de temps que prévu d'autant plus que les mouvements sociaux survenus l'année dernière ont eu un sérieux impact sur l'activité du groupe. Le groupe a en effet un peu plus de difficultés à écrire une nouvelle page de son histoire... Et le Marché en est conscient mais perd patience. Depuis son introduction en bourse en juillet 2004 à 14,10 euros, le petit porteur a perdu près de 10 fois sa mise et évolue désormais sur les 1,50 euro. La valorisation de PagesJaunes en Bourse a fondu comme neige au soleil alors que la suppression du coupon a accéléré le courant vendeur. PagesJaunes était une des valeurs les plus prisées de la place parisienne pour son copieux rendement. Cet atout en moins a éloigné les opérateurs du titre d'autant plus que la dernière publication semestrielle témoigne d'une faiblesse de la progression de l'activité du groupe avec un chiffre d'affaires en recul de 1,7% à 525 millions d'euros. Le 26 juillet dernier, soit le lendemain de la publication des comptes semestriels, l'action a même touché un plus bas historique à 1,24 euro. On est donc loin mais très loin de l'âge d'or de PagesJaunes en Bourse avec un titre qui flirtait avec les 30 euros en 2006....

    Archives

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos