jeudi05décembre

Pierre et Vacances vient de dévoiler ses résultats annuels, qui sont bien accueillis à Paris, le titre s'adjugeant 1,57%, à 23,24 euros ce qui porte sa performance boursière à 44% sur trois mois.

    Malgré un contexte difficile dans le secteur du tourisme, le chiffre d'affaires sur groupe est parvenu à dégager une croissance de 0,8% pour un chiffre d'affaires qui atteint 1,137 milliard d'euros.

    Par branche d'activités, " le chiffre d'affaires de location s'élève à 753,4 millions d'euros, en croissance de +0,8% par rapport à l'exercice précédent, résultant à la fois d'une hausse du nombre de nuitées vendues (+0,4%) et d'une légère amélioration des prix moyens de vente nets (+0,3%) " souligne le communiqué.

    " Les taux d'occupation sont en progression sur les deux pôles (Pierre & Vacances Tourisme Europe et Center Parcs Europe), avec une croissance moyenne de +2,6% "

    Enfin, " l'activité est en croissance sur l'ensemble des destinations (villes, montagne, Espagne, Antilles) à l'exception du littoral français, (pénalisé par la cession du Village Maeva de Camargue et la réduction du nombre d'appartements commercialisés) tandis que les conditions climatiques particulièrement défavorables ont pesé sur les résultats au cours du 3ème trimestre de l'exercice " détaille le groupe.

    Les résultats annuels marquent également le retour de la profitabilité opérationnelle avec un résultat opérationnel courant qui repasse dans vert à hauteur de 2,6 millions d'euros, alors qu'il était négatif de 12,4 millions il y a un an, ce qui se traduit par une progression de 33%.

    Le plan d'économies, de 22 millions d'euros sur le pole tourisme a contribué notamment à l'amélioration de la marge opérationnelle. En revanche, le résultat net part du groupe, reste dans le rouge avec -27,4 millions, à comparer à un résultat net négatif de 47,7 millions d'euros l'an dernier.

    Pour Portzamparc, la publication "ne recèle aucune fausse note", hormis la forte progression de la dette nette, qui apparaît cependant temporaire avec le lancement de grands projets immobiliers. La dette nette atteint en effet 173,5 millions d'euros au 30 septembre 2013 alors qu'elle n'était que de 66,8 millions il y a un an.

A découvrir également

  • Les tensions inflationnistes compliqueront le financement des pépites de la tech
    24/06/2022
  • La médiatrice de l’AMF insiste sur le respect du délai d’instruction de la succession d’un PEA
    21/06/2022
  • Les gestionnaires interdits de facturer des commissions de mouvement à partir de 2026
    8/06/2022
  • Les bons résultats trimestriels des entreprises cotées n’effacent pas la volatilité des marchés
    25/04/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt