mercredi13février

Pour la quatrième année consécutive, PagesJaunes fait état d'un chiffre d'affaires en décroissance à l'issue de l'exercice 2012. Le groupe de communication locale et digitale a fait état pour la période d'un chiffre d'affaires en baisse de 3,2% à 1,066 milliard d'euros. Rien que sur le quatrième trimestre, l'activité s'est contractée de 5,7%.

    La nette perte de vitesse du papier...

    PagesJaunes subit encore et toujours le contrecoup de la franche érosion de son activité d'annuaires papier. Elle a chuté de 15,1% pour ressortir à 416,6 millions d'euros contre 460,7 millions d'euros en 2011, impactée par l'arrêt des Pages Blanches sur 8 départements (dont 3 au dernier trimestre). Alors pour compenser la perte de vitesse d'un papier complétement moribond, le groupe poursuit sa mue vers le numérique. Le " online " représente plus de 58% de l'activité en 2012 contre 52,2% un an avant. Les ventes progressent ainsi de+8,3% en 2012 soit plus de 3 points au-dessus de la croissance du marché. Les facturations sont portées en particulier par les activités " search " et le développement du mobile. Le groupe crée en effet des contenus attrayants pour développer l'audience, en particulier sur les terminaux mobiles. Le but étant de porter à 65% la part des revenus issus de l'Internet en 2013 et à 75% à horizon 2015. Mais malgré ce virage vers le tout internet, la rentabilité ne suit pas non plus... La marge brute opérationnelle ajustée est ressortie en recul de 4,4%, à 471,4 millions d'euros et le résultat net chute de 17,3% pour s'inscrire à 158,5 millions d'euros en 2012. L'éclaircie ne sera pas pour tout de suite avec une année 2013, qui ne sera pas facile pour PagesJaunes. L'éditeur d'annuaires a annoncé des perspectives plus que conservatrices avec une baisse de 3% à 5% de son chiffre d'affaires, avec une marge brute opérationnelle qui ressortirait entre 425 et 445 millions d'euros.

    " Mur de dette "

    En plus des performances opérationnelles, le lourd endettement titille encore les petits porteurs... Le groupe est parvenu à renégocier avec ses prêteurs la maturité de ses dettes venant à échéance en novembre 2013. Elles vont être prorogées jusqu'en septembre 2015. L'accord qui a été signé a donc permis d'écarter les chances de voir le groupe dans une situation plus inconfortable...Mais l'endettement reste à un niveau insoutenable pour PagesJaunes à 1,741 milliard d'euros au 31 décembre 2012. Alors, le groupe n'exclut plus une augmentation de capital pour ramener de l'argent frais...Mais avant d'envisager un tel scénario, la direction de PagesJaunes souhaite stabiliser son actionnariat. Mediannuaire, l'actionnaire principal souhaite ramener sa participation à environ 20% du capital du l'éditeur d'annuaires. Mais si cette levée de fonds venait à se confirmer, elle permettrait donc au groupe d'être plus serein pour la poursuite de ses " projets opérationnels destinés conforter [son] leadership de la communication digitale local ". Et pour marquer sa nouvelle identité numérique, PagesJaunes va se baptiser Solocal Group. En attendant que le groupe devienne un acteur majeur de l'Internet, la priorité sera donnée au désendettement. PagesJaunes ne versera pas de dividende en 2013 et jusqu'à ce que sa dette nette soit réduite à un niveau correspondant à 3 fois son excédent brut d'exploitation (Ebitda) annuel.

A découvrir également

  • Image actualite 1
    TotalEnergies partage les recettes exceptionnelles des prix hauts de l’énergie avec ses actionnaires
    11/10/2022
  • Image actualite 2
    L’AMF entend réparer les dysfonctionnements du plan d’épargne en actions
    22/09/2022
  • Image actualite 3
    Pathé Gaumont officialise son projet d’IPO en 2024
    15/09/2022
  • Image actualite 4
    Les entreprises cajolent leurs actionnaires en 2022
    1/09/2022

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt