lundi21janvier

Technicolor se porte bien en ce début de semaine à la Bourse de Paris. Le titre continue de progresser à la faveur d'une actualité bien favorable pour l'ex-Thomson Multimédia. En fin de semaine dernière, le site américain Cnet aurait fait l'article du service M-Go du groupe. C'est une application gratuite qui permet d'accéder à des contenus de divertissement via une seule plateforme aux Etats-Unis. Elle sera accessible ce mois ci sur les télévisions Samsung et Vizio, et en avril sur les téléviseurs du sud-coréen. Aussi, le groupe développe avec Entropic un nouveau décodeur pour l'américain Comcast baptisé " Technicolor MediaPlay ". Technicolor est donc sur tous les fronts : commerciaux d'une part mais aussi financiers...Le groupe a ainsi fermé en octobre dernier son dernier site de production français situé à Angers. Technicolor n'avait plus eu le choix suite à la perte d'un important contrat avec l'opérateur historique France Télécom et à une pression récurrente sur les prix.

    Ces diverses annonces ont permis au cours de sortir le titre hors de l'eau. Mais pas que... Technicolor peut désormais s'adosser sur son nouvel actionnaire, le fonds américain spécialisé dans les technologies Vector Capital. Fin juin, les actionnaires de Technicolor ont approuvé à une très large majorité les deux augmentations de capital proposées par Vector Capital. Un accord qui a sonné la fin d'un match opposant le fonds à la banque américaine JPMorgan pour monter jusqu'à un peu moins de 30% du capital du groupe. Le produit de l'augmentation de capital, à 2 euros par titre a été principalement consacré à la réduction de la dette nette du groupe, qui s'élevait encore à 805 millions d'euros fin juin 2012 et à 957 millions d'euros à la fin 2011, soit deux fois l'excédent brut d'exploitation de 2011.

    Autre prouesse réalisée par le groupe, il est parvenu à améliorer sa rentabilité tout en ayant une croissance dynamique organique de son activité au troisième trimestre. Technicolor a enregistré une bonne croissance au 3ème trimestre, avec des revenus qui ont progressé de 10,9% à 928 millions d'euros sur le périmètre des activités poursuivies. Hors change, la hausse reste importante à 6%. Du côté de l'excédent brut d'exploitation, il s'est apprécié de 8,5% à 198 millions d'euros au premier semestre. Un niveau de profitabilité qui a permis à Technicolor de limiter sa perte nette sur la période à 26 millions d'euros, au lieu de 112 millions d'euros un an plus tôt. Ce redressement significatif des comptes du groupe d'électronique et de services aux médias lui a permis de confirmer ses objectifs pour l'exercice 2012. Le groupe vise un excédent brut d'exploitation compris entre 475 et 500 millions d'euros cette année, avec un flux de trésorerie libre positif, " et ce malgré des charges de restructuration plus élevées et des investissements dans les activités de croissance ". Fin février, Technicolor a dévoilé un plan stratégique baptisé " Amplify 2015 ", destiné à relancer son activité, redresser ses comptes et renforcer sa structure bilancielle, ce qui passe par un assainissement des ses comptes. A l'horizon 2015, le groupe a pour ambition de dégager un excédent brut d'exploitation annuel de 600 millions d'euros, en développant de nouveaux relais de croissance. Dans cette optique, le groupe entend développer ses activités sur des marchés en croissance, comme les applications pour les réseaux domestiques, et dans de nouvelles zones géographiques comme la Chine, l'Inde et le Brésil. Technicolor déjà identifié plusieurs initiatives, et travaille actuellement sur plusieurs offres pour un lancement commercial sur les 12 à 18 prochains mois, telles que la conclusion d'un nouveau partenariat avec des entrepreneurs de la publicité numérique par exemple.

    Le groupe est activement à la manoeuvre, ce qui laisse sous entendre qu'il est dans la bonne voie pour normaliser sa situation financière. Pour mémoire, Technicolor a été sauvé in extremis de la faillite en 2009. Depuis, l'action du groupe évolue au gré des annonces concernant l'amélioration de sa structure bilancielle. C'est que Technicolor souhaite effacer à jamais son passé sous la bannière Thomson. Mais on l'a vu, difficile de se défaire de son passif (au sens propre et figuré) d'un claquement de doigts. Mais l'année 2012 devrait encore s'achever dans le rouge, l'amende de 38,6 millions d'euros infligée par Bruxelles pour entente dans les tubes cathodiques, ne devrait pas être neutre dans les comptes... Mais les dernières annonces du groupe sont encourageantes et plaident pour une meilleure considération du dossier après n'avoir pas été en odeur de sainteté pendant toutes ces années. Le titre reprend près de 15% depuis le début de l'année après avoir perdu 90% sur 5 ans...

A découvrir également

  • Les tensions inflationnistes compliqueront le financement des pépites de la tech
    24/06/2022
  • La médiatrice de l’AMF insiste sur le respect du délai d’instruction de la succession d’un PEA
    21/06/2022
  • Les gestionnaires interdits de facturer des commissions de mouvement à partir de 2026
    8/06/2022
  • Les bons résultats trimestriels des entreprises cotées n’effacent pas la volatilité des marchés
    25/04/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt