jeudi31janvier

Alors que l'Or reste à un niveau très élevé à 1650 usd, la valorisation des mines d'Or est très faible, avec des ratios qui n'ont jamais été aussi bas. Cette tendance peut elle s'inverser ?

    Crée en 1979 par la bourse de Philadelphie et repris aujourd'hui par le Nasdaq OMX, l'indice minier Philadelphia Stock Exchange Gold & Silver Sector est historiquement fortement corrélé au métal Jaune. Il faut dire que plus l'Or grimpe, plus le chiffre d'affaires des mines d'Or augmente, ainsi que les marges, lorsque le métal jaune augmente plus vite que les coûts de production.

    Pourtant, depuis quelques années, cette corrélation est de moins en moins évidente. Cela a commence à l'été 2008, lorsque la valorisation des minières a chuté, comme la plupart des actions, suite à la crise des subprimes. Dans le même temps, le métal jaune a plutôt bien résisté. A partir de 2009, l'Or va littéralement exploser, passant de 800 dollars l'once a 1911 dollars en Septembre 2011 (son plus haut historique). Cela donne une hausse de près de 140% en un peu moins de 3 ans. Dans la même période, l'indice Philadelphia Stock Exchange Gold & Silver Sector a grimpé de plus de 80%. Une belle hausse mais qui permettait à peine de combler les pertes de 2008. Ensuite, L'Or a consolidé au quatrième trimestre 2011, tout comme l'indice des valeurs Aurifère. Puis le métal jaune est resté relativement stable depuis maintenant un peu plus d'un an, au dessus de 1600 usd l'once. Mais dans le même temps, les minières ont continué leur consolidation et l'indice Philadelphia Stock Exchange Gold & Silver Sector perd près de 15% sur un an.

    Lorsqu'on étudie de plus près la corrélation entre l'Or et l'indice des valeurs minières, on s'aperçoit que la corrélation est proche de 100% pendant les périodes de hausses. Mais les valeurs minières ont surtout tendance a amplifié les baisses du métal jaune. Ainsi, depuis 3 mois, l'indice Philadelphia Stock Exchange Gold & Silver Sector perd 20% tandis que l'Or ne perd que 3.5% sur la même période...

    Aujourd'hui, d'après les analystes, les mines sont valorisées avec une décote d'environ 33% par rapport au cours de l'offre physique. La valeur de leur cash flow actualisé correspondrait ainsi à un cours de l'once à 1100 euros. Certains analystes expliquent la décote par le développement des ETF (" exchange traded funds "), qui répliquent la performance du métal jaune, les investisseurs intéressés par l'or ont déserté les mines au profit de ces instruments financiers très accessibles. Mais on peut aussi trouver des explications fondamentales à la baisse des actions: hausse des coûts de production et de développement, appréciation des devises des pays producteurs, augmentation des coûts énergétiques, difficultés de développement et d'obtention des permis, ...

    Pourtant, la valorisation des minières semble aujourd'hui très attrayante. Avec la hausse de l'or, le cash-flow de ces sociétés s'est envolé. Il s'agit de liquidités qui permettront de réaliser des acquisitions à bon prix, pour les valeurs de croissance, ou qui seront distribuées aux actionnaires. Il s'agit là d'un atout important des valeurs minières par rapport à l'Or Physique : elles offrent un rendement.

    Certaines grandes capitalisations étrangères du secteur, sous-évaluées, offrent aujourd'hui des rendements de plus en plus attractifs. C'est le cas notamment de Barrick Gold, Gold Corp Inc, IAMGold Corp ou encore Newmont Mining Corp.

    Sur Euronext, les valeurs aurifères, sont plutôt des petites valeurs de croissance : Auplata, GoldbyGold, Euro ressource ou encre DRD Gold. Des valeurs qui pourraient profiter à moyen/long terme d'un rattrapage, pourvu que l'Or ne connaisse pas une nouvelle baisse...

A découvrir également

  • Les tensions inflationnistes compliqueront le financement des pépites de la tech
    24/06/2022
  • La médiatrice de l’AMF insiste sur le respect du délai d’instruction de la succession d’un PEA
    21/06/2022
  • Les gestionnaires interdits de facturer des commissions de mouvement à partir de 2026
    8/06/2022
  • Les bons résultats trimestriels des entreprises cotées n’effacent pas la volatilité des marchés
    25/04/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt