vendredi31mai

Pour acheter ou vendre un produit coté en bourse, il ne suffit pas de demander à votre intermédiaire d'effectuer cette transaction au cours du produit tel qu'il est présenté sur les sites comme Boursorama. En effet, le prix auquel se négocie un titre dépend avant tout de l'offre et de la demande des investisseurs. Une bonne maitrise du carnet d'ordres est donc un atout indéniable pour tout boursicoteur.

    Lire un carnet d'ordres

    Le carnet d'ordres, comme il est présenté sur des sites tels que Boursorama, présente les meilleurs offres et les meilleures demandes des investisseurs sur une valeur. Il permet aux investisseurs de connaître le prix et les quantités qui leurs sont proposés à l'achat et à la vente sur une valeur.

    Voici un exemple de carnet d'ordre :








    Le titre cote 93.60 euros mais ce n'est pas le cours auquel on peut acheter ou vendre le certificat. C'est en fait le dernier cours auquel s'est échangé le produit. Pour acheter ou vendre un titre, il faut passer un ordre dans le carnet. Et pour que votre ordre se réalise, il faut que vous trouviez une contrepartie, c'est-à-dire un vendeur ou un acheteur, qui accepte le prix que vous demandez.


    Passer un ordre

    Ainsi, selon le carnet ci-dessus, un investisseur X peut acheter 3500 titres à 93.55 euros, et en vendre 3000 à 93.45 euros. Par contre :

    - Si l'investisseur X veut vendre 3500 titres, il doit passer un ordre à 93.20 euros ou moins. Dans ce cas, il vendra 3000 titres à 93.45 euros et 500 titres à 93.20 euros, soit un prix de vente moyen à 93.41 euros.

    - S'il passe un ordre de vente à 93.5 euros, cet ordre ne se fera pas. Il entrera dans le carnet d'ordres et il faudra attendre qu'il y ait un acheteur à ce prix pour pouvoir vendre les titres.

    - S'il passe un ordre de vente de 3500 titres à 93.45 euros, seulement 3000 titres seront vendus. Ensuite, le carnet d'ordre ressemblera à ça :








    Validité de l'ordre

    Les ordres qui ne se font pas ne restent pas éternellement dans le carnet. Lorsqu' un investisseur donne un ordre de bourse, il doit préciser la validité de son ordre. La validité d'un ordre correspond à la durée maximale pendant laquelle votre ordre sera présenté sur le marché. Si l'ordre n'est pas exécuté pendant ce laps de temps, on dit qu'il "tombe", il n'est alors plus valide et n'est plus présenté sur le marché.

    Les différents types de validité sont :

    Les ordres " de jour " : l'ordre est valide uniquement lors de la séance de bourse suivant sa transmission à l'intermédiaire en opérations de bourse.
    Les ordres " à révocation " : l'ordre est valide pendant 360 jours depuis sa date de transmission.
    L'ordre " à durée limitée " : l'ordre comporte une date limite de validité choisie par l'investisseur. Cette durée ne peut excéder 360 jours.

    A défaut de renseignements concernant la validité, l'ordre sera réputé " de jour ".

    Attention, certains ordres ne figurent pas dans le carnet tel que les ordres à déclenchement. Certains ordres à tout prix vont se faire quelque soit les prix proposés sur le carnet. Il faut donc être très vigilant au type d'ordre passé : Un sujet que nous aborderons lors du prochain dossier...

A découvrir également

  • Les tensions inflationnistes compliqueront le financement des pépites de la tech
    24/06/2022
  • La médiatrice de l’AMF insiste sur le respect du délai d’instruction de la succession d’un PEA
    21/06/2022
  • Les gestionnaires interdits de facturer des commissions de mouvement à partir de 2026
    8/06/2022
  • Les bons résultats trimestriels des entreprises cotées n’effacent pas la volatilité des marchés
    25/04/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt