jeudi07mars

Le recentrage de Carrefour est plus que payant ! Le deuxième distributeur mondial annonce un triplement de son bénéfice annuel, les plus-values de cessions ont gonflé les profits du groupe à hauteur d'un milliard d'euros !

    Le positif est de retour chez Carrefour. Le groupe nouvellement piloté par Georges Plassat ne déçoit pas sur ses comptes même si cette amélioration était attendue du Marché. Carrefour a vu ses ventes progresser de 0,9% (changes courants) à 76,789 milliards d'euros.

    Par zones géographiques, le chiffre d'affaires est en légère hausse de 0,5% avec une bonne tenue des ventes alimentaires. Le repositionnement prix a finalement peu impacté la marge commerciale grâce au rééquilibrage entre prix de fond de rayon, promotions et fidélité. Le groupe est ainsi parvenu à limiter les frais généraux, ce qui amène à un résultat opérationnel courant en hausse de 3,5% à 929 millions d'euros et une marge en progression à 2,6%, contre 2,4% l'année précédente. Dans le reste de l'Europe, la situation est beaucoup plus contrastée, le vieux continent reste plombé par le recul de la consommation, notamment en Espagne et en Italie. Le chiffre d'affaires baisse de 2,7% à changes constants (-3,1% à changes courants) tandis que le résultat opérationnel chute de 20,6% à 509 millions d'euros. Les pays émergents sauvent les meubles notamment l'Amérique Latine qui se distingue avec une croissance des ventes de 12,1% à changes constants à plus de 14 milliards d'euros et un résultat opérationnel qui grimpe de 14,2% à 608 millions d'euros. Ces deux indicateurs ont été portés par de solides performances au Brésil comme en Argentine. En revanche, l'Asie fait pâle figure avec une chute de 10,3% du résultat opérationnel, impacté par une "hausse des coûts de distribution et par l'inflation salariale. "

    Le résultat opérationnel courant est à 2,14 milliards d'euros, en retrait de -2,6% par rapport à 2011. Il ressort légèrement supérieur aux attentes du consensus, logées à 2,07 milliards d'euros. Le bénéfice net part du groupe est plus que triplé à 1,233 milliard d'euros à la faveur de plus-values de cession d'un montant d'un milliard d'euros. Le groupe a en effet procédé à une réorganisation des rayons de son supermarché mondial. Carrefour souhaite se recentrer " sur les zones et les pays dans lesquels il détient ou souhaite développer une position de leader ". Carrefour s'est donc retiré de Grèce en juin 2012 puis de Colombie en octobre de la même année mais aussi de Malaisie et d'Indonésie... Si le groupe s'est désengagé de ces pays, Carrefour n'a pas décidé pour autant d'arrêter sa conquête de parts de marchés à travers le monde. Le groupe français reste toujours à l'affût de la moindre opportunité notamment dans les zones à forte croissance. Quelques jours avant l'annonce de son retrait de la péninsule hellénique, Carrefour Argentine avait racheté 129 magasins au groupe EKI, dont 110 magasins de proximité et 19 petits supermarchés. Avec cette acquisition, le groupe français compte ainsi renforcer sa position " de leader " en Argentine et élargir son réseau de magasins de proximité.

    Le groupe n'a pas été des plus bavards en ce qui concerne ses perspectives pour l'année en cours. Carrefour s'est juste contenté de réaffirmer qu'il poursuivra ses efforts pour se développer dans les pays émergents, améliorer son image prix en France, développer le drive et le multi-canal et donner davantage d'autonomie de décision aux directeurs de magasins. Le distributeur ne souhaite désormais plus laisser le champ libre aux distributeurs indépendants comme Leclerc et Intermarché...

    L'avis de MonFinancier.com
    La communauté financière a fondé tous ses espoirs sur Georges Plassat, le nouvel homme fort de Carrefour. Et elle a eu raison ! Sa solide expérience dans l'industrie de la distribution commence à profiter à un groupe qui était complètement en perte de vitesse. La patte Georges Plassat commence à se faire sentir et surtout à faire oublier les errements stratégiques de Lars Olosfson... Le groupe Carrefour semble avoir parié sur le bon cheval. Et l'embellie des chiffres sur l'année 2012 semble confirmer que le patron de Carrefour a mis son groupe sur bons rails. En Bourse aussi, le titre n'est plus ballotté avec un gain de 30% à son actif sur six mois. La passation de pouvoir s'est donc faite sans encombre. Pour rappel, l'action de la société a été l'une de celles qui a le plus baissé en 2011 au point de ne représenter plus qu'une capitalisation boursière de 9,61 milliards d'euros. Cette page sombre de l'histoire se tourne peu à peu. A 22 euros, le titre s'est enfin affranchi de ses plus bas de plus de...15 ans. La stratégie de Georges Plassat commence à être validée par les petits porteurs. Le cours de Carrefour devrait donc retrouver de sa superbe et être plus en adéquation avec la valeur de ses actifs. Positif

A découvrir également

  • Image actualite 1
    TotalEnergies partage les recettes exceptionnelles des prix hauts de l’énergie avec ses actionnaires
    11/10/2022
  • Image actualite 2
    L’AMF entend réparer les dysfonctionnements du plan d’épargne en actions
    22/09/2022
  • Image actualite 3
    Pathé Gaumont officialise son projet d’IPO en 2024
    15/09/2022
  • Image actualite 4
    Les entreprises cajolent leurs actionnaires en 2022
    1/09/2022

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt