mercredi11juin

L'action Vallourec, qui va quitter l'indice CAC 40 le 23 juin prochain, plonge de plus de 11,84% sur les 34,74 euros, soit un plus bas depuis près d'un an. Le spécialiste des tubes sans soudure a en effet dévoilé une révision en baisse de ses objectifs pour l'année 2014. Il prévoit un EBITDA en baisse d'environ 10 % par rapport à 2013.

    En cause, la décision de Petrobras, client majeur de la société française au Brésil, de supprimer l'essentiel de ses stocks de tubes, ainsi qu'une baisse temporaire significative de la demande dans les activités Pétrole et Gaz au Brésil et en zone EAMEA (Europe, Afrique, Moyen-Orient, Asie).

    Au Brésil, Petrobras va donc supprimer l'essentiel de ses stocks de tubes d'ici la fin de l'année, tout en maintenant ses plans de forage. Il s'agit d'un ajustement ponctuel, qui pèsera fortement sur les ventes de Vallourec au cours du second semestre 2014, avec un impact net sur l'EBITDA estimé à environ 60 millions d'euros.

    Concernant les secteurs hors Pétrole et Gaz, ceux-ci sont également impactés par la poursuite de la dégradation du contexte macroéconomique brésilien, et la baisse des prix du minerai de fer.

    " Dans la zone EAMEA, le niveau des commandes a fortement baissé, résultant d'ajustements de stocks chez les opérateurs E&P et du report de certains appels d'offres sur les produits premium. Cela impactera les livraisons jusqu'en fin d'année et au cours du premier semestre de l'année 2015, mais ne remet pas en cause les tendances structurelles positives marquées par des programmes d'investissements E&P majeurs dans la région, nécessaires pour compenser la déplétion des champs et soutenir la demande en croissance " a fait savoir Vallourec.

    Afin de limiter ces impacts négatifs temporaires, et de compenser la baisse de la demande en zone EAMEA, Vallourec adapte l'organisation de ses unités industrielles desservant plus spécifiquement ces marchés, en complément des mesures récemment annoncées pour renforcer durablement la compétitivité de sa base de coûts européenne.

    Le Groupe reste concentré sur la génération de Cash Flow disponible. A cet effet, il a décidé de réduire ses dépenses d'investissement de 100 millions ? par rapport à un objectif initial de 500 millions d'euros pour 2014).

    Philippe Crouzet, Président du Directoire, reconnait que " Le Groupe est confronté à un environnement plus difficile, dû principalement à des ajustements temporaires opérés par certains de ses grands clients. Pour y faire face, nous avons pris des mesures immédiates, qui doivent nous permettre de nous adapter à la situation. Le Directoire reste confiant dans l'attractivité à long terme des marchés du pétrole et du gaz servis par le Groupe dans le monde, et reste concentré sur la mise en oeuvre de sa stratégie destinée à tirer pleinement profit de ces tendances structurelles favorables. "

    Si Vallourec reste confiant dans ses perspectives à moyen terme, cela n'a pas suffit pour rassurer les analystes qui ont procédé à une avalanche de dégradations.

    Chez Credit Suisse la recommandation est abaissée de "Surperformance" à "Neutre". De son côté, JP Morgan est passé de "Neutre" à "Sous-pondérer" sur le titre, tandis qu'Exane BNP Paribas a revu son opinion de "Surperformance" à "Neutre".


    A découvrir également

    • Alignement des planètes ?
      4/09/2019
    • Haut ou bas ?
      27/08/2019
    • Du plomb dans l'aile...
      22/08/2019
    • Le nerf de la guerre...
      13/08/2019

    Archives

    Etre rappelé par un conseiller
    Nous envoyer un message
    Parlons Placement
    Nos placements
    PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
    Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
    SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
    DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt