mercredi19mars

Créée en 1995, Oncodesign est une société de biotechnologies qui vise à découvrir de nouvelles molécules thérapeutiques contre les cancers et autres maladies graves sans traitement efficace connu.

    A la recherche du meilleur
    Le compartiment des biotechnologies va se garnir d'un nouvel arrivant après Crossject et sa seringue sans aiguille. Il s'agit d'Oncodesign, un spécialiste de la cancérologie, qui va tenter sa chance. C'est que le secteur des biotechs est actuellement à la fête sur les marchés financiers ! Et la biotech dijonnaise va donc profiter de cet engouement pour le secteur et pour les introductions en Bourse en général, dans l'espoir de lever entre 10 et 11,5 millions d'euros. Dans ses premières années d'existence, Oncodesign s'est attelée à prédire le potentiel des molécules des grands laboratoires pharmaceutiques et de sociétés de biotechnologie. Puis elle a décidé de développer ses propres molécules, en particulier dans le domaine de l'oncologie. Notamment, les inhibiteurs de kinases qui sont devenu le terrain de recherche phare d'Oncondesign.

    Kinases
    C'est parti pour le cours de sciences. Les kinases sont des molécules (ou enzymes) qui oeuvrent à la régulation des cellules. Et toute erreur dans leur fonctionnement peut avoir des répercussions pathologiques graves, comme le cancer. Elles sont très nombreuses chez l'homme où l'on en dénombre 518. Alors, la biopharma a donc mis au point une nouvelle option thérapeutique, alternative à la chimiothérapie, afin de régler le problème directement au niveau des enzymes détraquées. Alors Oncodesign a contourné le problème avec Nanocyclix une technologie de rupture, développée avec Johnson & Johnson. Elle permet de concevoir une nouvelle génération d'inhibiteurs de kinases, ces molécules qui empêchent les kinases de donner des ordres pour dérégler la cellule. Les inhibiteurs de kinases représentent un marché estimé à plus de 40 milliards de dollars en 2016, soit près de 25 % des investissements en recherche et développement de toute l'industrie pharmaceutique, selon BCC Research.

    Partenariats
    A ce jour, Oncodesign a d'ores et déjà signé trois partenariats d'envergure pour ses inhibiteurs de kinases de nouvelle génération avec Sanofi, Ipsen et UCB. Au total, ces partenariats prévoient à moyen-long terme jusqu'à 350 millions d'euros de paiements potentiels, hors royalties, pour la société. Mais le groupe ne souhaite pas en rester là. L'introduction en Bourse permettra de lever au maximum 11,5 millions d'euros par augmentation de capital. Des fonds destinés à financer de nouveaux partenariats hors oncologie, l'augmentation de l'activité d'expérimentation, ainsi que le développement de nouveaux inhibiteurs de kinases en oncologie avant de les licencier à de grands laboratoires pharmaceutiques au prix fort. Oncodesign a réalisé un chiffre d'affaires de 7,3 millions d'euros en 2013, pour une perte nette d'un million d'euros.

    Flou
    Il faut remarquer que la société s'est construite sur un modèle d'affaires loin d'être bancal, avec des revenus récurrents générés par son activité de services en expérimentation. En 19 ans, elle n'a levé que 5,5 millions d'euros auprès d'investisseurs tiers. Séduisant au premier abord. Mais la direction ne s'est pas aventurée à délivrer des perspectives ni de rentabilité, ni de profitabilité et ni de consommation de trésorerie. Or, ce dernier point est un indicateur clé pour ce type de société. De plus, la société est valorisée 40 millions d'euros en milieu de fourchette. Ce qui est cher payé alors que l'activité découverte a un profil incertain. Les probabilités de succès sont inférieures à 5% au stade préclinique. Le profil de la société est assez similaire à Cerep dont le parcours boursier a été peu concluant. La société avait voulu se doter d'une capacité de découverte de ses propres médicaments mais faute de réussite, ces coûteux projets ont été arrêtés à partir de 2007. Finalement, elle a été rachetée pour une bouchée de pain par Eurofins Scientific. Un précédent qui incite à la prudence. En attendant d'y voir plus clair, on se gardera de souscrire dans ses conditions.

    Ne pas souscrire

A découvrir également

  • Image actualite 1
    TotalEnergies partage les recettes exceptionnelles des prix hauts de l’énergie avec ses actionnaires
    11/10/2022
  • Image actualite 2
    L’AMF entend réparer les dysfonctionnements du plan d’épargne en actions
    22/09/2022
  • Image actualite 3
    Pathé Gaumont officialise son projet d’IPO en 2024
    15/09/2022
  • Image actualite 4
    Les entreprises cajolent leurs actionnaires en 2022
    1/09/2022

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt