mercredi12novembre

La baisse du pétrole, qui continue, est une des tendances les plus fortes sur les marchés depuis quelques mois. Le Brent et le WTI marquant même des plus bas depuis respectivement quatre et trois ans, toujours plombés par la décision de l'Arabie saoudite d'abaisser ses prix à ses clients américains. Les Saoudiens ont annoncé une hausse de leur prix de vente à l'Europe et à l'Asie alors que la demande devrait rebondir cet hiver, mais parallèlement les prix aux clients américains ont été réduits afin de défendre leurs parts de marché dans un marché souffrant de plus en plus d'abondance d'offre. Aux États-Unis, les Saoudiens doivent rivaliser avec le pétrole de schiste, dont l'exploitation a fortement progressé ces dernières années, conduisant à une importante hausse de la production américaine qui s'établissait fin octobre à près de 9 millions de barils par jour, au plus haut depuis 30 ans. Les anticipations plaident plus pour une stabilisation des prix et non à un nouveau repli. Une stabilisation entre 80 et 90 dollars est l'hypothèse plus plausible avancée par les économistes pour les deux années à venir.


    Les perdants...

    Sans surprise, ce sont les valeurs pétrolières et parapétrolières qui sont les plus malmenées par ce repli du cours de l'or noir. C'est le cas du champion français, Total qui se négociait encore sur les 50 euros au début de l'été, a perdu 15% depuis... Total Gabon n'est pas en reste et cède de son côté 22% depuis le début de l'année. Les parapétroliers, qui font face à la réduction des investissements des gros producteurs, sont en grande difficulté. C'est le cas de Vallourec dont l'action a concédé 24% depuis le début de l'année. Le spécialiste des tubes sans soudure avait abaissé ses perspectives en juin face à la diminution de la demande dans ses activités de pétrole et de gaz au Brésil et dans la zone EAMEA (Europe, Afrique, Moyen-Orient et Asie). Le groupe est en effet confronté à une rude concurrence dans les tubes sans soudures alors que les géants pétroliers réduisent leurs investissements dans l'exploration-production. Le néerlandais Fugro a vu son action plonger de plus de 30% en une semaine après l'annonce le 29 octobre du non versement d'un dividende en 2014 dans un contexte de ralentissement marqué des investissements du secteur. CGG, étranglé par une lourde dette et également pénalisé par la réduction des budgets d'exploration des compagnies pétrolières a vu son cours plonger plus de 50% depuis le début de l'année. Le groupe se dit armer pour encaisser le comportement prudent des compagnies pétrolières, constaté depuis le début de l'année. Technip qui perd 13% depuis le début l'année, s'est dit confiant dans sa capacité à se démarquer de la concurrence dans un contexte de chute des prix du pétrole qui incite ses clients à réduire leurs coûts. " Un prix du pétrole inférieur pendant une longue période veut dire que nous allons devoir utiliser encore plus notre imagination et notre engagement très tôt avec le client pour trouver ces solutions, " a déclaré le groupe qui affiche un copieux carnet de commandes.

    D'autres mettent la gomme

    Tandis que les valeurs pétrolières broient du noir, d'autres tirent un grand bénéfice de ce repli des cours de l'or noir. C'est le cas des compagnies aériennes qui voient leur facture de kérosène s'alléger considérablement. Easyjet qui a relevé ses prévisions de résultat pour l'année en cours, en raison d'effets de change plus favorables, d'une baisse du prix du kérosène et de l'effet positif de la grève d'Air France sur son chiffre d'affaires. Les dépenses en kérosène qui ont compté sur l'exercice 2013 pour près de 28% du chiffre d'affaires de la compagnie. Ainsi, pour 2015, la compagnie table sur une facture de carburant en baisse de 50 millions de livres. La baisse des cours du pétrole constitue une aubaine pour les fabricants de pneus et les constructeurs automobiles. Depuis le 1er avril 2008, les prix de Michelin sont indexés sur la variation du cours du pétrole. Une baisse de 1 dollar du prix du baril permet de réaliser une économie de 12,5 millions de dollars sur ses coûts d'achat.

A découvrir également

  • Image actualite 1
    TotalEnergies partage les recettes exceptionnelles des prix hauts de l’énergie avec ses actionnaires
    11/10/2022
  • Image actualite 2
    L’AMF entend réparer les dysfonctionnements du plan d’épargne en actions
    22/09/2022
  • Image actualite 3
    Pathé Gaumont officialise son projet d’IPO en 2024
    15/09/2022
  • Image actualite 4
    Les entreprises cajolent leurs actionnaires en 2022
    1/09/2022

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt