vendredi09janvier

C'est tout bon pour Infosys ! Le deuxième exportateur indien de services informatiques a maintenu ses prévisions annuelles après avoir dégagé un résultat net en hausse plus forte que prévu titre du troisième trimestre s'achevant le 31 décembre grâce à l'amélioration de la demande pour ses services de sous-traitance. Le groupe indien est confiant pour la suite, évoquant une forte demande de ses clients aux Etats-Unis, son principal marché.

    Capgemini : un leader de son métier à l'échelle mondiale...

    Cette très bonne nouvelle venue d'Inde est l'occasion de revenir sur le dossier Capgemini. Le français figure parmi les grandes sociétés de services informatiques. Le groupe a publié des comptes solides au titre de son troisième trimestre. L'activité du groupe tricolore a progressé de 2,8% à données publiées et de 5,7% hors effets de périmètre et de changes en dépit " de réduction prévue de la vente de matériel informatique à un grand client sud-américain ", ce qui a pesé d'environ un point sur la croissance du groupe sur le trimestre. Capgemini peut toujours compter sur le dynamisme de ses marchés nord-américain et britannique ainsi que sur l'intégration de la société Euriware depuis mai dernier. Un positionnement géographique judicieux pour la SSII, qui est finalement peu présente dans les pays où la crise économique est la plus marquée.

    Capgemini garde le cap

    Sur cette lancée, le groupe vise pour l'exercice une croissance organique de son chiffre d'affaires de 2% à 4% et une marge opérationnelle courante comprise entre 8,8% et 9%. Son free cash-flow est attendu à plus de 500 millions d'euros. Ce discours tenu par un groupe en quête d'acquisitions est logiquement salué par le marché puisque avec une performance de 20%, le titre de la SSII figure parmi les plus fortes hausses du CAC40 en 2014. A moins de 60 euros, le dossier se traite à des niveaux 5 fois moindres du sommet de mars 2000, lorsque le titre culminait à plus de 300 euros. Et encore, le titre reste encore sous valorisé eu égard à son potentiel de croissance et à une prime de leader qui n'est toujours pas intégrée. Capgemini compte en effet parmi les leaders de son métier à l'échelle mondiale...

    Le dossier se paye 16,3 fois les résultats escomptés sur l'année en cours. Mais selon la société de Bourse Brian Garnier, Capgemini " s'échange avec une décote de 20% par rapport au secteur aux concurrents d'Amérique du Nord ", " le groupe se détachant désormais du lot européen ". Une décote qui ne reflète pas son bilan, le plus solide du secteur, ni sa capacité " à améliorer sa croissance organique et sa marge opérationnelle à moyen terme grâce à son positionnement de plus en plus compétitif et innovant face aux acteurs indiens et globaux. " L'intermédiaire financier estime qu'au-delà de 2016 sa compétitivité devrait permettre au groupe d'améliorer encore la marge brute, au point de dépasser les 10% de marge opérationnelle, et n'exclue pas alors, si le free cash-flow est suffisant, une hausse régulière à venir du dividende dès 2015.

    A découvrir également

    • Alignement des planètes ?
      4/09/2019
    • Haut ou bas ?
      27/08/2019
    • Du plomb dans l'aile...
      22/08/2019
    • Le nerf de la guerre...
      13/08/2019

    Archives

    Etre rappelé par un conseiller
    Nous envoyer un message
    Parlons Placement
    Nos placements
    PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
    Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
    SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
    DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt