lundi19octobre

Un article du Parisien au titre évocateur "La chute de la maison Canal+", sème le trouble chez les investisseurs sur Vivendi.... D'après le quotidien, le nombre d'abonnés à Canal+ aurait chuté de 10% en septembre malgré la Coupe du monde de rugby. En réaction à ces informations de presse, le titre du groupe de médias a ainsi lâché jusqu'à 3,8% en séance, soit sa plus forte baisse en deux ans et demi.

    Une fuite des abonnés ?

    La chaine cryptée, propriété de Vivendi, a du plomb dans l'aile rapporte le Parisien. Selon le quotidien, le nombre d'abonnés et les audiences sont en berne. Pour le "Canal Football Club", émission emblématique sur le ballon rond, elle "n'intéressait que 734.000 téléspectateurs dimanche dernier" au lieu des 1,5 million de téléspectateurs en moyenne la saison dernière. Même hémorragie du côté des autres tranches en clair. Ce qui n'est pas sans conséquences sur les recettes publicitaires. "Alors que les rentrées publicitaires du clair auraient dû représenter 150 millions pour la saison 2015-2016, la régie a déjà anticipé un manque à gagner de 50 millions cette année", rapporte Le Parisien.

    "Le public vient chercher sur Canal de l'impertinence. Or, on lui dit actuellement que ce n'est plus la chaîne de l'impertinence et du contre-pouvoir", écrit le quotidien, citant un cadre de la chaîne. "Les abonnements se faisant pour un an, le pire est donc à
    craindre pour les mois à venir, et l'hiver s'annonce rude", prévient Le Parisien.

    La production de contenus à la fête

    Ces déboires ne doivent pas occulter la stratégie initiée par Vivendi qui est axée sur la production de contenus. A ce titre, le groupe de médias a récemment fait son retour dans l'univers du jeu vidéo en prenant des parts dans Ubisoft et Gameloft, deux éditeurs " au savoir-faire mondialement reconnu dans les jeux vidéo ".

    >> La stratégie actuelle de Vivendi confirme son positionnement en tant que créateur de contenu et média à part entière. Et comme la foudre, on ne sait pas où Vincent Bolloré décidera de frapper la prochaine fois. Le groupe est fort d'une trésorerie confortable de près de 9 milliards d'euros grâce aux multiples cessions récentes, à l'image des opérateurs SFR en France et GVT au Brésil. Un retour plus important aux actionnaires n'est pas exclu à l'avenir Positif


    Pour suivre Vincent Bolloré dans ses investissements, retrouvez notre conseil Gestion PEA sur Vivendi et notre toute dernière recommandation sur Bolloré.

A découvrir également

  • Alignement des planètes ?
    4/09/2019
  • Haut ou bas ?
    27/08/2019
  • Du plomb dans l'aile...
    22/08/2019
  • Le nerf de la guerre...
    13/08/2019

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt