lundi28août

Vivendi est en mauvaise posture en Bourse, pénalisé par l'avertissement sur résultats du groupe Havas. Sa filiale, récemment acquise, vient de renoncer à ses objectifs 2017 après une performance semestrielle décevante. Les comptes du groupe de communication ont pâti des investissements massifs consentis sur la période mais aussi du ralentissement plus fort que prévu du marché publicitaire mondial. D'ailleurs, WPP en a récemment fait les frais...

    Mauvaise pub

    Havas n'a pas été épargné par la faiblesse de l'industrie publicitaire mondial. Le groupe a certes vu son chiffre d'affaires s'apprécier de 1,9% en données brutes à 1,108 milliard d'euros mais en organique, les ventes se sont contractées de 0,4% en organique. Havas concède que ses performances ressortent "en deçà des prévisions initiales de +2% à +3%, sur fond d'incertitudes, déjà évoquées, qui pèsent sur le marché publicitaire mondial." "Cela s'explique principalement par une baisse plus importante que prévue des investissements de la part des annonceurs, d'une pression croissante sur nos marges dans les négociations et renégociations de nos contrats ainsi que par le ralentissement macro-économique dans les marchés à forte croissance, tels que le Brésil ou le Mexique, où le Groupe est très présent ainsi que l'Inde ou la Chine." explique Yannick Bolloré, le PDG du groupe.

    Bilan des courses, le résultat opérationnel courant s'élève à 111 millions d'euros au 1er semestre 2017 contre 147 millions d'euros au 1er semestre 2016, impacté lui aussi par une croissance organique inférieure à celle anticipée. Le groupe explique également que des investissements ont été consentis sur la période, ce qui a généré des coûts supplémentaires cette année, même si ces dépenses sont considérées comme "clés" dans l'atteinte de ses objectifs à moyen terme. Ainsi, la marge opérationnelle Courante s'établit à 10% au 1er semestre 2017, contre 13,5% pour la même période de l'exercice 2016. Sans surprise, le résultat net part du groupe recule à 54 millions d'euros au 1er semestre 2017 contre 82 millions d'euros au 1er semestre 2016.

    Révision des objectifs

    L'ensemble de ces éléments contraignent Havas e à ne pas pouvoir confirmer sa prévision de croissance organique de +2% à 3% communiquée en début d'année. La société espérait jusqu'à présent que la croissance ainsi que la rentabilité "soient en légère amélioration au second semestre". La direction d'Havas reste néanmoins confiante sur l'atteinte de [ses] objectifs à moyen terme.

    Offre en cours

    Parmi les événements marquants de ces dernières semaines, acquisition par Vivendi de la participation de 59,2% détenue par Bolloré dans Havas. En application de la réglementation boursière, Vivendi déposera dans les prochaines semaines une offre publique d'achat simplifiée sur le solde du capital d'Havas, offre ne visant pas à retirer Havas de la cote. "Ce rapprochement avec Vivendi offre des perspectives considérables pour toutes les parties prenantes du groupe même si, dans un premier temps, ce type d'opération est de nature à affecter la bonne marche des affaires du groupe ", ajoute Havas.

A découvrir également

  • Les bons résultats trimestriels des entreprises cotées n’effacent pas la volatilité des marchés
    25/04/2022
  • Le marché des introductions en Bourse plombé par la guerre en Ukraine
    14/04/2022
  • Les marchés obligataires en effervescence dans la zone euro
    13/04/2022
  • Flambée des cours de l’or depuis le mois de février
    24/03/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt