vendredi05mai

Il y a eu le Trump trade qui a permis aux marchés américains de s'envoler entraînant dans leur sillage, mais avec du retard, les marchés européens. Il y a aujourd'hui le Macron Trade qui permet aux indices européens de s'envoler, en laissant sur place les indices américains.

>

Tout sur macron

La hausse du CAC, 1.35% sur la seule journée d'hier, à 5372 points, la hausse des indices européens dans la foulée de 1%, ainsi que l'envolée de l'euro qui se rapproche ce matin des 1.10 dollars sont les signes que les investisseurs misent sur une victoire de Macron au deuxième tour bien sûr mais également sur le fait qu'il parviendra à avoir seul, ou avec des partis qui se rallieront à lui, la majorité à l'Assemblée. Impressionnant de voir l'impact qu'a un évènement en France sur des marchés bien au delà de nos frontières. Décidément, tout réussit à Macron. Bluffant.

Pas d'effet macron cependant sur le pétrole...

Le pétrole a lourdement chuté. Voilà un marché où les investisseurs et les traders s'arrachent les cheveux. Le pétrole a perdu près de 5% hier. On est au niveau le plus bas depuis 5 mois. Et pour l'instant rien ne semble freiner la rechute. Je vous rappelle que le pétrole s'était effondré sous les 30 dollars sous la pression de l'Arabie Saoudite et qu'il avait rebondi largement au dessus des 50 dollars toujours sous la pression de l'Arabie Saoudite qui cherche à rétablir ses finances publiques et à favoriser l'introduction en bourse de sa compagnie pétrolière nationale Aramco.

Pourquoi cette chute ?

La réduction de la production de pétrole de novembre dernier par l'OPEP, une réduction qui a permis le rebond significatif du pétrole, est compensée par la hausse de la production américaine de schiste. Même si des pays non membres de l'OPEP, comme la Russie ont, eux aussi, accepté de réduire leur production ce qui a permis une baisse de 1.8 millions de barils par jour, de l'autre côté, les États-Unis ont relancé leur production après avoir réussi à abaisser leur point mort depuis la dernière chute du pétrole. Ce qui explique le niveau particulièrement élevé des stocks notamment aux États-Unis.

Aucune visibilité sur la tendance

On attend évidemment la prochaine réunion de l'OPEP pour savoir si les quotas seront maintenus. Si ce n'est pas le cas, on aura évidemment une chute brutale des cours. Mais on attend aussi de savoir ce qui se passe sur le front économique. Notamment aux États-Unis et en Chine. Aux États-Unis, car depuis quelques jours on recommence à avoir des doutes sur la puissance de la croissance économique. En Chine parce que la lutte du gouvernement contre les bulles financières commence à avoir un impact sur la demande. Et c'est pour cela que le prix des métaux a chuté hier aussi, comme le pétrole. Rappelons tout de même que le pétrole est un élément déterminant pour tous les marchés et qu'il va falloir le suivre de très près dans les jours qui viennent.

À suivre de près donc

Pour savoir où va l'économie américaine. Les chiffres de l'emploi américain sont publiés aujourd'hui. Le consensus attend une hausse de 185.000 après un mois de mars qui a été une mauvaise surprise avec "seulement" 98.000 créations d'emplois. Tous les traders seront collés à leur écran à 14h30.

C'est votre argent exceptionnel

Ce soir sur BFM Business, on rejoue la semaine et on vous donne des conseils avec nos Jedis de l'économie et de la Finance: Emmanuel Lechypre, Pascale Seivy, de Pictet & Cie, Jean-François Robin, de Natixis, Sébastien Lalevée de la Financière Arbevel, Patrice Gautry, d'Union Bancaire Privée et Pauline Tattevin. Eco, finance et fun. À ne pas rater. Horaires : Ce soir 19h00, 7h00 et 21h00 le samedi, 22h00 le dimanche.

Une (mini) victoire pour trump

C'est une première après toute la série d'échecs qu'il a subie pendant ses 100 premiers jours. Trump a repassé, après un premier rejet, une loi pour abroger l'Obamacare et cette fois la loi a été adoptée, de justesse avec 217 voix contre 213. Mais cette loi va devoir passer devant le Sénat et là c'est loin d'être gagné. Elle sera amendée, charcutée, modifiée.

C'est rare

Il est rare que Bernard Arnault s'exprime sur la vie politique. Celui qui est à la tête de la première capitalisation boursière de Paris, LVMH, fait la une des Échos avec un message clair "Pourquoi je vote Macron".

On s'en fout?

La Société Générale a accepté de payer 1.1 milliard de dollars à la Libye pour faire cesser les poursuites pour corruption des dirigeants du fonds souverain libyen; Canal + a conservé les droits sur la F1 malgré la pression de SFR; La part d'audience des seniors devant la télévision continue à augmenter: ils représentent 1/3 de l'audience contre 1/4 il y a 10 ans; L'âge moyen d'un téléspectateur sur Arte est de 62.8 ans contre 42.9 sur NRJ 12; Le duc d'Edimbourg, mari de la reine, annonce sa retraite en novembre, à 96 ans...; Une association, Welfarm, dénonce le fait que 90% des exploitations françaises continuent à couper la queue des porcelets (pour qu'ils ne se la mangent pas entre eux) alors que la législation européenne l'interdit depuis 2008: on aurait aimé connaître l'opinion des candidats à la présidentielle sur le sujet; Victor Lanoux, Louis La Brocante, a disparu à 80 ans.

VOILA C'EST TOUT
BONNE JOURNEE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos