vendredi10mars

Mario Draghi a fait bouger les marchés.Cela faisait bien longtemps que notre ami Mario n'intéressait plus les traders. Il faut dire qu'à force de répéter la même chose, il avait fini par lasser. Surtout avec un Donald Trump et une Janet Yellen qui monopolisaient l'attention des investisseurs. Hier il a fait son comeback. En fanfare.

>

Il a fait bouger les marchés

Mario a réussi à faire monter l'euro alors que le dollar lui est en hausse contre toutes les autres monnaies. Et il a surtout réussi l'impossible : faire monter les taux allemands. Le taux de référence, le taux à 10 ans allemand, a franchi allègrement la barre des 0.40%. L'homme du jour sur les marchés, c'est à nouveau Mario Draghi.

Un message (relativement) clair

Est-ce qu'il a clairement annoncé la fin de la politique monétaire accommodante ?Justement. C'est ça qui est intéressant. Chacun a interprété ses paroles à sa façon. Pour certains c'est clairement la fin du quantitative easing, pour d'autres il ne mettra pas le pied sur le frein. En fait il s'est contenté de dire que l'économie européenne allait mieux, que la Banque Centrale Européenne avait gagné la bataille contre la déflation. Mais pour lui pas de raison de remonter les taux, ni d'arrêter d'arroser le marché avec des liquidités gratuites.

La pression allemande

Pourquoi dans ce cas le marché a-t-il réagi autant ?Pour plusieurs raisons. La première c'est qu'il a quand même avoué qu'il n'avait pas besoin d'en faire plus, qu'il n'y avait aucune urgence compte tenu de l'amélioration de l'inflation pour faire de nouveaux quantitative easing. D'autre part, les investisseurs misent sur le fait qu'il ne va pas pouvoir résister longtemps à la pression de l'Allemagne. Juste avant ses déclarations, le ministre des finances allemand, Wolfgang Shauble a exigé la fin du quantitative easing et son homologue bavarois a lui accusé Draghi d'exproprier et de dépouiller les épargnants allemands. Hier c'était un tournant. Sauf accident politique en Europe, la baisse des taux est terminée.

Le cac 40 en pleine forme

Alors que l'indice s'apprête à passer les 5000 points, les entreprises qui le composent ont atteint un nouveau record, datant de 2010, de bénéfices. 75 milliards d'euros en 2016. 32.6% de hausse. En tête BNP Paribas, Axa et Total. Trois seulement en perte: Engie, Nokia Alcatel (je ne savais même pas qu'elle faisait encore partie du CAC 40) et Publicis (les Échos) C'est une bonne nouvelle. Sauf pour Hamon et Mélenchon.

Pas seulement le cac 40, la l1 aussi

Il n'y a pas que le CAC 40 qui affiche une belle année. La L1 a un profit cumulé de plus de 20 millions d'euros pour la saison. C'est peu en apparence. Mais la perte cumulée pour les 7 dernières saisons est de 412 millions d'euros...C'est donc une vraie amélioration. Grâce au produit des transferts et à la hausse des droits télé. La L2, elle, continue à perdre beaucoup d'argent.

La bataille du jour

Le New York Stock Exchange et le London Stock Exchange se sont lancés dans un combat sans pitié. Il n'y aura pas de blessé. Seulement un mort. L'enjeu de la bataille est de taille: la plus grosse introduction en Bourse de l'histoire, celle d'Aramco, la compagnie pétrolière saoudienne valorisée pour l'instant à 2000 milliards de dollars. New York est favorite mais Londres ne lâche pas.

L'autre bataille saoudienne

Pour l'Arabie Saoudite, il est crucial, pour que cette introduction en Bourse soit un succès, que le cours du pétrole reste au dessus des 50 dollars et idéalement même à 60 dollars. Elle fait tout ce qu'elle peut pour soutenir les cours et pourtant ils ont glissé violemment depuis quelques jours, et en particulier hier. Ils sont passés en dessous des fameux 50 dollars sur des stocks américains supérieurs aux attentes. Cela ne fait pas les affaires des saoudiens qui continuent à oeuvrer en coulisses pour faire remonter les cours.

Les 35 heures

Le ministère de la Fonction Publique va envoyer une circulaire. Pour demander aux agents de la fonction publique de travailler au moins 35 heures. On est loin du compte. Normal dans certains métiers éprouvants, totalement anormal dans la plupart des cas. Sans même parler des jours de congés supplémentaires accordés par certaines organisations locales ou régionales et les "autorisation spéciales d'absence". Et de l'absentéisme, véritable fléau de la fonction publique. No comment.

Très drole

Le CSA a lancé un avertissement. Il considère que les médias ne respectent pas l'équilibre du temps de parole. La personne incriminée? François Fillon. Les médias en parlent trop... Ah bon? On n'avait pas remarqué.

Ce soir c'est votre argent exceptionnel!!

On rejoue la semaine et quelle semaine! Vous aurez des conseils de spécialistes! Avec Emmanuel Lechypre, Christopher Dembik de Saxo Banque, Laurent Berrebi de Global Macro Finance, Christian Bito de CBT Gestion, Emeric Préaubért de Sycomore. Ça va être énorme.

On s'en fout ?

En campagne en Gironde, Macron a rendu hommage à Alain Juppé...; Ne lisez pas les déclarations du beau frère Troadec sur le massacre de la famille et surtout le "nettoyage" des lieux et des corps; Johnny Hallyday maintient ses concerts; Et de 3: après TF1 (le 20 mars) et France 2 (le 20 avril), c'est au tour de BFM TV d'annoncer un débat présidentiel, avec tous les candidats, le 4 avril; Hollande n'a pas eu la présidence de l'Union Européenne, c'est le Polonais Donald Tusk qui a été reconduit malgré l'opposition de son propre gouvernement; C'est l'été dans le Sud de la France (qu'est ce que je fous à Paris?).

VOILA C'EST TOUT
BONNE JOURNEE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos